DIRECT. Violences à Paris : Castaner dénonce "une stratégie des professionnels du désordre"

Ce direct est terminé.

La troisième journée de mobilisation nationale des "gilets jaunes" réunissait quelque 75 000 manifestants samedi à 15 heures dans toute la France, selon un bilan du ministère de l'Intérieur.

>> Ce direct est désormais terminé. Pour suivre l'évolution de la situation dimanche, cliquez ici <<

Après de premières échauffourées près des Champs-Elysées, la mobilisation des "gilets jaunes" a donné lieu à une explosion de violence, dans l'après-midi du samedi 1er décembre, dans plusieurs quartiers de Paris, en proie aux dégradations et à des scènes de chaos. 

 Plus de 100 blessés et près de 300 interpellationsLa préfecture de police de Paris dénombre 287 interpellations et au moins 110 blessés, dont 17 membres des forces de l'ordre. Une voiture de police a par ailleurs été incendiée. Invité du journal de 20 heures de TF1, Christophe Castaner a annoncé que l'un des blessés se trouvait "en urgence absolue". Il s'agit d'un manifestant qui a été blessé par une grille du jardin des Tuileries descellée. 

 "Je n'accepterai jamais la violence", dit Macron"Aucune cause ne justifie que les forces de l'ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l'Arc de Triomphe soit souillé", a ajouté le président français, s'exprimant à Buenos Aires (Argentine), à la fin du sommet du G20. 

 Castaner dénonce "une stratégie des professionnels du désordre""Il y a eu une stratégie gérée par des professionnels du désordre, des professionnels de la casse", a déclaré le ministre de l'Intérieur évoquant une situation en début de soirée désormais "plus apaisée", "mais pas totalement sécurisée" dans la capitale. "Je dis aux 'gilets jaunes', ne vous laissez plus embarquer, protégez vous, protégez les Français, protégez notre patrimoine. Ne participez plus à ces attaques de factieux", ajouté Christophe Castaner.

La préfecture de Haute-Loire incendiée. Dans la soirée, la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, a été incendiée lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" qui a dégénéré mais le feu était "circonscrit" à 20h30, annonce la préfecture. Des personnes ont "lancé des projectiles enflammés de type cocktail Molotov" qui ont déclenché des feux dans la préfecture et dans d'autres locaux administratifs voisins, précise une porte-parole de la préfecture.

Des scènes de chaos dans Paris. Véhicules et restaurants incendiés, magasins saccagés et pillés, forces de l'ordre et de secours prises à partie: du quartier de l'Opéra à la prestigieuse avenue Foch en passant par la rue de Rivoli, les scènes de guérilla urbaine se sont répétées dans plusieurs quartiers huppés de la capitale, éclipsant le message porté ailleurs en France par des dizaines de milliers de "gilets jaunes".

 Des rassemblements partout en France. Des manifestations et des blocages ont eu lieu un peu partout en France, avec parfois des échauffourées entre forces de l'ordre et "gilets jaunes". A 17 heures, quelque 75 000 manifestants ont été recensés par les autorités sur l'ensemble de la France. La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282 000 personnes, et la deuxième 106 000, dont 8 000 à Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne