"Gilets jaunes" : ce que l'on sait de la septuagénaire grièvement blessée à Nice

La militante d\'Attac, Geneviève Legay, lors de la manifestation des \"gilets jaunes\", à Nice, le 23 mars 2019. 
La militante d'Attac, Geneviève Legay, lors de la manifestation des "gilets jaunes", à Nice, le 23 mars 2019.  (VALERY HACHE / AFP)

Une militante d'Attac, âgée de 73 ans, est tombée après une charge policière sur la place Garibaldi, samedi à Nice. 

La manifestation des "gilets jaunes" à Nice, interdite dans une grande partie de la ville, a été émaillée samedi 23 mars par des heurts avec la police, qui ont fait au moins une blessée grave, une manifestante de 73 ans. L'incident s'est déroulé place Garibaldi, lieu habituel des rassemblements de "gilets jaunes", mais qui est était incluse dans le périmètre interdit. Le parquet de Nice indique avoir ouvert une enquête.

La septuagénaire est tombée après une charge de la police qui a été filmée par des manifestants et des journalistes. "Je veux penser aussi à la manifestante blessée ce matin à Nice", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en fin de journée. Voici ce que l'on sait des circonstances des événements. 

Que s'est-il passé ? 

Des dizaines de personnes, dont certaines vêtues d'un gilet jaune, ont bravé dans la matinée l'interdiction de manifester sur la place Garibaldi, située en centre-ville. C'est lors d'une charge policière que Geneviève Legay, une militante altermondialiste septuagénaire, s'est blessée en tombant. Les pompiers l'ont évacuée consciente, selon des journalistes de l'AFP présents sur place. France 3 a filmé la scène où l'on voit la manifestante tomber.

"Pourquoi charger avec une telle brutalité une militante non violente ?", s'est interrogé sur Twitter, Raphael Pradeau, porte-parole d'Attac. 

Contactée par franceinfo, la préfecture des Alpes-Maritimes n'a pas répondu à nos sollicitations concernant les circonstances de l'accident. 

Quel est son état de santé ? 

A sa fille qu'elle n'a d'abord pas reconnue, Geneviève Legay a raconté ce qui lui était arrivée. "Je me souviens qu'un policier m'a chargée et après, je ne me rappelle de rien." "Elle souffre de plusieurs fractures au crâne, au rocher [oreille interne] et des hématomes sous-duraux", a précisé sa fille à l'AFP. Selon cette dernière, les médecins ont eu "très, très peur" pour elle quand ils l'ont examinée. "Elle doit rester encore 48 heures sous surveillance. Elle est consciente, sous perfusion de morphine, car elle a de violents maux de tête", a-t-elle ajouté.

Elle est "aujourd’hui dans un état extrêmement grave", a déclaré dimanche 24 mars Arié Alimi, avocat et membre de la Ligue des droits de l'homme, invité de franceinfo. Néanmoins, son pronostic vital n'est pas engagé, selon les informations de France Bleu Azur. 

"Elle va passer un scanner demain matin et pour l’instant les médecins se refusent à donner un diagnostic", a précisé dimanche soir Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac, au micro de franceinfo. 

Qui est-elle ? 

Geneviève Legay est porte-parole de l'ONG altermondialiste Attac des Alpes-Maritimes. Selon sa fille, elle était venue pour le droit de manifester, avec un drapeau altermondialiste arc-en-ciel. Avant d'être blessée, on la voit dans une autre vidéo de France 3 clamer "liberté de manifester" avec d'autres manifestants avant de lancer aux policiers : "Ne me touchez pas". Elle est ensuite bousculée tandis que des sifflets retentissent de part et d'autre de la scène. 

"C’est exactement elle : quelqu’un de déterminé, qui ne va certainement pas se laisser intimider quand on lui dit qu’elle n’a pas le droit de manifester", a expliqué Raphaël Pradeau qui qualifie Geneviève Legay de militante "historique".

L'ONG, ainsi que d'autres organisations, appellent à un rassemblement "pacifique" lundi à Nice, sur la place Garibaldi à 18h, en soutien à la septuagénaire.

Où en est l'enquête ?

La famille de la septuagénaire va porter plainte pour "violence volontaire en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérable", a précisé son avocat Arié Halimi. La manifestante blessée "a subi une charge monstrueuse, on le voit sur [des] vidéos par des CRS alors qu'elles étaient trois personnes âgées sur cette place, et qu'il n'y avait pas de danger particulier pour ces forces de l'ordre", estime l'avocat. "On a hâte que la justice fasse la lumière sur ce qu’il s’est passé", a pour sa part déclaré le porte-parole d'Attac. 

Le parquet de Nice a ouvert une enquête samedi après-midi, pour "recherche des causes des blessures subies". Les images de vidéosurveillance de la place Garibaldi ont été saisies et "sont de très bonne qualité" dit le procureur. Un médecin légiste est allé s'entretenir samedi soir au chevet de la septuagénaire à l'hopital Pasteur. 

Vous êtes à nouveau en ligne