"Gilets jaunes" : avancer les soldes "aurait été un contresens complet" selon Éric Mertz, président de la Fédération Nationale de l'Habillement

Les soldes d\'hiver ne débuteront pas une semaine plus tôt mais bien comme prévu, le 9 janvier, a décidé Bercy ce vendredi 28 décembre
Les soldes d'hiver ne débuteront pas une semaine plus tôt mais bien comme prévu, le 9 janvier, a décidé Bercy ce vendredi 28 décembre (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Invité de franceinfo ce vendredi, le président de la Fédération Nationale de l'Habillement, Éric Mertz, se réjouit de la décision de Bercy de ne pas avancer les soldes d'hiver.

Les soldes d'hiver ne débuteront pas une semaine plus tôt mais bien comme prévu le 9 janvier, a décidé Bercy ce vendredi 28 décembre. Le président de la Confédération des Commerçants indépendants de France, Francis Palombi, avait suggéré d'avancer cette date de début des soldes d'une semaine pour compenser les pertes liées au mouvement des "gilets jaunes". Interrogé par franceinfo, Éric Mertz, président de la Fédération Nationale de l'Habillement se réjouit de cette décision : "les commerçants indépendants n'ont jamais demandé que les soldes soient avancés". Il estime que "cette mesure aurait été un contresens complet".

franceinfo : Étiez-vous contre l'avancement de la date des soldes ?

Éric Mertz : Tout à fait. La Fédération Nationale de l'Habillement, qui représente environ 60 % des points de ventes, a toujours dit non à l'avancement de la date des soldes, contrairement à ce qui a été dit ces derniers jours dans les médias. Les commerçants indépendants ne demandent pas, et n'ont jamais demandé que les soldes soient avancés.

Quelle mouche a piqué Francis Palombi ?

Il faudrait lui demander. Cette mesure aurait été un contresens complet. Ça aurait empêché les commerçants de proximité de vendre au juste prix entre Noël et le jour de l'An. Cette mesure aurait amputé leur chiffre d'affaires de gains qui leur seront nécessaires pour faire face à cette crise sociale actuelle. Je ne crois pas une seule seconde que ça aurait permis de compenser les pertes liées au mouvement des "gilets jaunes". Il ne faut pas confondre chiffre d'affaires et marge. Ce serait une erreur. Nous nous sommes battus l'année dernière pour éviter que les soldes démarrent trop tôt, à défaut qu'ils soient maintenus aux mêmes dates, alors que nous demandions de les voir démarrer plus tard. Nous n'allons pas accepter aujourd'hui de les avancer, ce serait une erreur incroyable.

Ce que disait Francis Palombi, c'est que ce retard va profiter aux ventes privées et aux promotions qui commencent. Ça ne va pas pénaliser les petits commerces ?

Ne soyons pas dupes. Promotions, ventes privées, soldes en tous genres... Vous savez comme moi que les commerçants y ont recours. Je crois qu'il faut se garder de remettre en cause, surtout en ce moment, des mesures qui ont été approuvées. Les dates des soldes ont fait l'objet d'une négociation. Nous sommes pour un strict respect de la réglementation. Dans certains cas, nous pratiquons aussi les ventes privées, ne soyons pas dupes de cette situation. Avancer la date des soldes n'aurait rien arrangé, au contraire, cela aurait permis de commencer les ventes privées le 26 décembre. Ça aurait été une catastrophe.

Vous êtes à nouveau en ligne