"Gilets jaunes" : à quoi faut-il s'attendre pour le 25e samedi de mobilisation ?

Des \"gilets jaunes\" manifestent à Toulouse, le 27 avril 2019.
Des "gilets jaunes" manifestent à Toulouse, le 27 avril 2019. (FREDERIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)

Dans la capitale, trois manifestations sont prévues.

C'est le 25e samedi consécutif de mobilisation. Les "gilets jaunes" ont de nouveau annoncé des manifestations dans plusieurs villes de France, samedi 4 mai. En repli depuis deux week-ends, le mouvement va tenter de relancer sa mobilisation. Divers évènements ont été créés sur Facebook. Dans la capitale, trois rassemblements ont été déclarés à la préfecture. Franceinfo liste les principales manifestations attendues.

A Paris, trois rassemblements annoncés

Dans la capitale, une première manifestation est prévue à partir de 11h30 de la gare du Nord à la place de la Nation. Une deuxième est annoncée à partir de 13 heures depuis BFMTV et jusqu'à la maison de la Radio. Enfin, un troisième cortège doit s'élancer à 14h30 du jardin des Plantes jusqu'à la rue de Patay dans le 13e arrondissement. Vendredi, la préfecture de police de Paris a publié un arrêté d'interdiction de manifester et de circulation autour de ces trois différents cortèges annoncés et autorisés dans la capitale.

Plusieurs zones ont par ailleurs été interdites à la manifestation : la place de l'Etoile, l'avenue des Champs-Elysée, le périmètre autour de l'Elysée et de l'Assemblée nationale et la partie est de l'île de la Cité, autour de Notre-Dame de Paris. Deux rassemblements ont également été interdits par le préfet de police, Didier Lallement. Ils devaient se dérouler place de la République et ont été interdits en raison "des risques de troubles à l'ordre public", explique l'arrêté préfectoral.

A Lyon, une manifestation commune avec les jeunes mobilisés pour le climat

A Lyon, les "gilets jaunes" ont annoncé une manifestation conjointe avec le mouvement Youth for Climate, qui lutte contre le réchauffement climatique. "Urgence sociale et écologique : même coupables, même combat !", décrivent les organisateurs sur Facebook. Sur la page de l'événement, plus de 300 personnes avaient annoncé leur venue vendredi soir, et 2 600 autres se disaient intéressées. La marche, "déclarée" selon les organisateurs, devrait partir à 14 heures de la place Jean-Macé.

Des rassemblements annoncés dans quelques autres villes

A Toulouse, les "gilets jaunes" se sont donné rendez-vous à Jean-Jaurès "avant de s’élancer dans les rues de la Ville rose", précise La Dépêche. Ailleurs en France, d'autres événements ont été créés sur Facebook. Une quarantaine de "gilets jaunes" a annoncé un rassemblement "non déclaré" à Saint-Etienne. Une autre page fait état d'une manifestation à Roanne (Loire), rassemblant pour l'instant une vingtaine de personnes. A Montpellier, près de 40 "gilets jaunes" prévoient également de se retrouver pour manifester.

Des manifestations interdites dans plusieurs villes

En Vendée, des "gilets jaunes" ont décidé de se réunir à La Roche-sur-Yon (Vendée), comme l'indique un événement créé sur Facebook. Le préfet a toutefois prévenu que, cette manifestation "inter-régionale" n'étant pas déclarée, tout rassemblement dans le centre-ville était interdit. Il précise craindre "la présence de manifestants violents et des risques de troubles à l'ordre public".

La préfecture du Maine-et-Loire a pris des dispositions similaires à Angers. "Le secteur en travaux est incompatible avec la sécurité d'une manifestation inter-régionale annoncée, mais non déclarée ni autorisée", précise le préfet sur Twitter. 

Même décision à Nantes, où le préfet de la Loire-Atlantique a déclaré vendredi "interdire la manifestation non déclarée des gilets jaunes, afin de garantir la sécurité des personnes et des biens et de préserver l'ordre public dans le centre-ville".

Vous êtes à nouveau en ligne