Gard : deux policiers blessés à Alès devant la sous-préfecture bloquée par des "gilets jaunes"

Alès, dans le Gard, en région Occitanie.
Alès, dans le Gard, en région Occitanie. (CAPTURE D'ECRAN / GOOGLE MAP)

Une enquête est ouverte pour retrouver l'auteur de ces violences qui se sont produites mercredi matin, lors d'une opération pour libérer les accès au bâtiment. 

Deux policiers ont été blessés mercredi 19 décembre, à Alès (Gard), lors d'une opération lancée dans la matinée pour libérer les accès à la sous-préfecture, bloquée par des "gilets jaunes", rapporte France Bleu Gard Lozère.

Une policière a reçu un coup de poing au visage. L'adjoint du commissaire, qui est intervenu pour dégager la fonctionnaire, est tombé dans la bousculade et s'est fait une entorse au genou. Selon France Bleu Gard Lozère, une trentaine de manifestants bloquaient les trois entrées du bâtiment, lorsque la police est intervenue. Ils se sont rapidement dispersés.  

Une enquête est ouverte pour retrouver l'auteur de ces faits violents. Le sous-préfet d'Alès, Jean Rampon, a évoqué des éléments anarcho-libertaires qui ont infiltré le mouvement des "gilets jaunes". Il recevra une délégation d'ici la fin de la semaine pour inviter les autres participants, pour la plupart pacifistes, à s'en désolidariser.

Vous êtes à nouveau en ligne