France-Italie : coup de froid

Les relations entre la France et l’Italie se sont refroidies en fin de semaine. En cause, la rencontre entre le vice-président italien, Luigi Di Maio, et une délégation de "gilets jaunes". L’acte de trop pour la France qui a décidé de rappeler son ambassadeur à Rome.

C’est une première depuis 1945. L’ambassadeur français à Rome, Christian Masset, a été rappelé par l’État. Sur fond de crise diplomatique, les Italiens ont tenté de calmer le jeu vendredi 8 février. "J’invite mon collègue ministre de l’Intérieur français à Pescara en Italie pour résoudre chaque problème", a notamment lancé Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur. Agacé, Christophe Castaner n’a pas tardé à lui répondre. "J’étais avec le secrétaire d’État de Matteo Salvini, dans une instance européenne. Nous avons échangé sur les questions migratoires. Le dialogue est constant entre nous. Il faut qu’il soit respectueux", a-t-il réagi.

Di Maio persiste et signe

Luigi Di Maio, le vice-premier ministre italien, a rencontré des "gilets jaunes" et s’en est encore justifié : "Le fait qu’il n’y a plus de frontière en Europe ne doit plus être valable pour les marchandises ou les personnes, mais aussi pour les forces politiques… Si le gouvernement français se fâche avec le gouvernement italien, je trouve cela inopportun." Une tension qui inquiète la population italienne, et ce à quelques semaines des élections européennes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne