Fiscalité : le geste d'Emmanuel Macron pour les automobilistes

France 3

Le gouvernement promet d'adapter une partie de sa fiscalité en fonction du cours du pétrole. Sur le principe, il s'agit de limiter l'impact des prix sur le budget des Français. Une mécanique complexe dont on a encore du mal à mesurer les effets positifs.

Dans l'après-midi du mardi 27 novembre, nous avons demandé à des automobilistes ce qu'ils avaient compris de l'annonce d'Emmanuel Macron, qui a fait part de son souhait de moduler les prix des carburants en fonction du cours du pétrole. Pour beaucoup, tout cela est incompréhensible. Alors, quel mécanisme le chef de l'État veut-il mettre en place ? Il propose de modifier au besoin l'augmentation prévue des taxes sur le carburant. Pour le diesel, elles doivent monter de plus 0,6 euros par litre chaque année jusqu'en 2022. Pour le sans-plomb, presque 0,3 euros par an. Ce sont ces augmentations qui seraient modulées. Si le prix du baril de brut augmente, la hausse des taxes sera minimisée. Inversement, si le prix du baril baisse, la taxe sera plus élevée.

Atténuer les pics les plus douloureux

Cette modulation ne sera pas automatique. Le gouvernement décidera au coup par coup si la hausse de la taxe carbone est modulée. Une réunion ministérielle se tiendra tous les trois mois. Quels seront les effets sur les prix à la pompe ? Ils devraient être minimes, car les augmentations prévues chaque année seront bien maintenues ; le dispositif vise seulement à atténuer les pics les plus douloureux. Mais il ne devrait pas s'appliquer aux hausses du 1er janvier prochain. En effet, le prix du baril baisse régulièrement depuis un mois et demi.

Vous êtes à nouveau en ligne