Finkielkraut insulté : une enquête ouverte, l'un des auteurs identifié

Au lendemain de la prise à partie d'Alain Finkielkraut par des "gilets jaunes", une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

Les images et surtout les mots choquent. Samedi16 février, en marge de l'acte 14 des "gilets jaunes", Alain Finkielkraut a été insulté en pleine rue, avec au coeur des injures : ses prises de position sur Israël. Pour l'académicien, le caractère antisémite de ces propos ne fait aucun doute. "À travers moi, ceux qu'ils visaient, ce sont les juifs en tant que sionistes", a-t-il dénoncé au micro de France 2.

L'un des auteurs identifié

Alain Finkielkraut n'a pas déposé plainte, mais de son côté, le parquet a ouvert une enquête pour "injures publiques" et l'un des auteurs a été identifié, selon le ministère de l'Intérieur. La loi indique qu'"une injure est une parole, un écrit, une expression quelconque de la pensée adressés à une personne dans l'intention de la blesser ou de l'offenser". Les textes distinguent l'injure non publique, par SMS ou prononcée dans un cercle restreint, passible de 28 euros d'amende, de l'injure publique, punie de 12 000 euros d'amende. Cela peut aller jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende, si les propos sont à caractère raciste, sexiste, homophobe ou handiphobe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne