Enquêtes sur les violences policières : l'avocat de la Ligue des droits de l'Homme s'inquiète "du travail de blanchisseuse de l'IGPN"

L\'avocat de la Ligue des droits de l\'Homme, Arié Alimi, le 14 novembre 2014.
L'avocat de la Ligue des droits de l'Homme, Arié Alimi, le 14 novembre 2014. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Deux policiers sont renvoyés en correctionnelle après des violences en marge du mouvement des "gilets jaunes".

"Je pense que l'IGPN, le pouvoir politique et le parquet ne veulent pas d'enquêtes en matière de violences policières", a réagi l'avocat Arié Alimi, membre de la Ligue des droits de l'Homme vendredi 8 novembre sur franceinfo, après le bilan, présenté par le parquet de Paris, des enquêtes pour violences policières en marge du mouvement des "gilets jaunes". Deux policiers sont renvoyés en correctionnelle.

franceinfo : Il va donc y avoir des procès de policiers. Est-ce la preuve pour vous que l'IGPN [Inspection générale de la police nationale] fait son travail sereinement ?

Arié Alimi : L'IGPN fait un travail conforme à la volonté des syndicats [de police]. Quand on voit les chiffres, qui concernent seulement Paris, et qui ne sont pas définitifs puisque 72% des procédures sont encore en cours d'analyse, on peut s'inquiéter du travail de blanchisseuse de l'IGPN. Hier, nous avons eu un appel de l'IGPN pour une personne qui a perdu un oeil le 16 mars 2019. Nous l'avions signalé le jour même. Et ce n'est qu'aujourd'hui qu'ils nous appellent. Résultat, les vidéos qui auraient permis la manifestation de la vérité ont été perdues. Et je pense que ça s'applique à énormément de cas.

L'IGPN dit que les policiers ne font que répondre à des provocations, d'ailleurs certains syndicats policiers récusent le terme de violence policière...

J'ai entendu aussi les chiffres des violences subies par les policiers, mais je n'ai vu aucun policier véritablement poursuivi jusqu'à maintenant. Quand vous voyez les chiffres annoncés, il n'y a que sept classements pour absence d'infraction. Les 54 cas classés sans suite correspondent donc à des infractions. Les autres, c'est parce qu'on n'a pas fait suffisamment d'enquête, ou parce qu'on n'a pas retrouvé les fonctionnaires de police responsables.

Quand le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner dit que chaque plainte fait l'objet d'une enquête, ça n'est donc pas suffisant ?

Je pense que l'IGPN, le pouvoir politique et le parquet ne veulent pas d'enquêtes en matière de violences policières. Ils travaillent de concert. Emmanuel Macron, Christophe Castaner et la directrice de l'IGPN ont toujours dit qu'il n'y avait pas de violences policières. Le résultat, c'est l'absence de volonté d'enquêter.

Vous êtes à nouveau en ligne