Emmanuel Macron : un pas vers les "gilets jaunes"

FRANCE 2

Le RIC, le référendum d'initiative citoyenne, est devenu une revendication phare des "gilets jaunes". Le président n'en veut pas. En revanche, il veut faciliter le référendum d'initiative partagée, le RIP. Et ce en abaissant son seuil de déclenchement.

Le RIC, le référendum d'initiative citoyenne, est une des principales revendications des "gilets jaunes". Mais jeudi 25 avril, lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a tranché. Il ne verra pas le jour tel que le réclamait le mouvement. En revanche, le chef de l'État souhaite simplifier le RIP, le référendum d'initiative partagée, qui existe déjà depuis 2008.

Renforcer le droit de pétition

L'initiative pourra venir des citoyens. Un million de signatures suffiraient pour déclencher la procédure. Mais il faudra ensuite passer par le Parlement. Aujourd'hui, les conditions du RIP sont très contraignantes. Il faut en effet réunir au moins 185 parlementaires, l'accord du Conseil constitutionnel et enfin les signatures de 10% du corps électoral, soit 4,7 millions d'électeurs. Emmanuel Macron veut également renforcer le droit de pétition au niveau local.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne