Emmanuel Macron a lancé le grand débat national dans l'Eure

France 3

Emmanuel Macron met beaucoup d'espoir dans le grand débat national pour sortir de la crise des "gilets jaunes". Il a passé près de sept heures à répondre à 60 maires dans le gymnase de Grand Bourgtheroulde (Eure).

Emmanuel Macron fait son entrée dans le gymnase de Grand Bourgtheroulde (Eure) mardi 15 janvier sous des applaudissements très mesurés. D'emblée, il donne le ton de ce grand débat. "Je vous demande de me dire ce que vous avez sur le cœur et dans la tête", a déclaré le président de la République. Face à lui, 600 maires qui ont prévu de lui livrer leurs doléances. Message reçu par les maires présents. "Quand est-ce qu'on arrête la machine à broyer la proximité ?", a notamment lancé Jean-Paul Legendre, président de l'Union des maires de l'Eure.

"Il y en a qui déconnent"

Le chef de l'État est aussi interpellé sur les réformes qui fâchent, notamment l'ISF. "Ce n'est pas parce qu'on remettra l'ISF comme il était il y a un an et demi que la situation d'un seul "gilet jaune" s'améliorera. Ça, c'est de la pipe", lance Emmanuel Macron. L'ISF n'est pas un tabou, les 80 km/h non plus. Au final, près de sept heures d'échange, un véritable marathon. Les maires semblent séduits sur la forme, mais partagés sur le fond.

Emmanuel Macron a également été interpellé sur ses phrases polémiques et mardi midi, lors du conseil municipal de Gasny (Eure), il a lâché cette phrase sur les personnes en situation de pauvreté : "On va davantage responsabiliser, parce qu'il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent". Une formule critiquée qui pourrait parasiter le lancement du grand débat national.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne