Edouard Philippe tente de reconquérir l'Assemblée nationale

Voir la vidéo
FRANCE 3

Les mesures annoncées mardi 4 décembre n'ont pas convaincu les "gilets jaunes", alors Edouard Philippe est revenu, seul, et s'est exprimé face aux députés mercredi 5 décembre. 

Mercredi 5 décembre, face aux députés, Édouard Philippe a eu du mal à débuter son discours. Après les mesures annoncées mardi 4 décembre, il laisse entendre qu'il est prêt à faire d'autres concessions. Il évoque la défiscalisation d'une prime exceptionnelle pour les salariés et se dit ouvert à une évaluation de l'impôt sur la fortune (ISF), puis annonce pratiquement l'abandon des taxes sur le carburant. "Si nous ne trouvons pas les bonnes solutions, alors, nous n'appliquerons pas cette taxe", a-t-il déclaré.

Un "appel à la responsabilité"

À trois jours d'une nouvelle manifestation à Paris, il lance un appel. "Tous les acteurs du débat public seront comptables de leurs déclarations dans les jours qui viennent. Oui, je lance ici un appel à la responsabilité", a-t-il affirmé. Ovationnée par son camp, chahuté par l'opposition, la droite le presse de renoncer définitivement à la hausse des taxes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne