DIRECT. Mobilisation des lycéens : 146 personnes interpellées devant un établissement de Mantes-la-Jolie après des heurts et des dégradations

Des policiers devant un lycée bloqué à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2018. 
Des policiers devant un lycée bloqué à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2018.  (MAXPPP)

Les perturbations ont atteint des facultés parisiennes, avec les blocages des sites de Censier (Paris-3) et Tolbiac (Paris-1).

Nouvelle journée de mobilisation émaillée de violences dans les lycées, jeudi 6 décembre, pour protester contre la réforme du baccalauréat et de Parcoursup mais aussi, pour certains, en soutien aux "gilets jaunes". La police annonce avoir procédé dans la matinée à 146 interpellations devant le lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie (Yvelines), après des incidents et des dégradations. La veille, deux voitures avaient été incendiées et des heurts avaient éclaté avec les forces de l'ordre devant cet établissement.

23h54 : "C'est la première fois que je suis confronté à l'effondrement d'un élève blessé, qui a la joue déchiquetée."

Cet enseignant dit avoir porté secours à l'un de ses élèves de terminale, touché par "un tir tendu d'un CRS" lors d'un blocus organisé devant le lycée Simone-de-Beauvoir. Pour dénoncer un "usage abusif de la violence", des élèves et enseignants ont décidé d'un nouveau blocage demain.

23h46 : Dans une vidéo diffusée par son ministère, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, appelle les lycéens à "ne pas se mêler" aux "gilets jaunes". "Certains essayent d'agréger les lycéens à ce mouvement", affirme-t-il, évoquant "des désordres qui ont leur source en dehors de l'Education nationale et qui sont dangereux".

18h29 : A Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), c'est un élève de terminale qui a été touché au visage par un tir de flashball, selon France Bleu Paris. La préfecture assure que ses jours ne sont pas en danger mais le jeune de 17 ans devrait toutefois subir plusieurs opérations.

18h23 : La lycéenne de première touchée lors d'une manifestation hier "présente des blessures graves au visage qui vont occasionner une incapacité de travail supérieure à trois mois", selon le procureur de la République de Grenoble.

18h18 : Le parquet de Grenoble (Isère) annonce que les parents d'une lycéenne ont porté plainte après que leur fille a été, selon eux, gravement blessée au visage par un tir de flash-ball au cours d'une manifestation hier. L'Inspection générale de la police nationale a été saisie.

15h24 : Lycéen blessé à Saint-Jean-de-Braye (Loiret) : le jeune homme a été transporté à l'hôpital, son pronostic vital n'est pas engagé. Une enquête a été ouverte par le procureur de la République.

14h51 : Des dizaines de lycées restent perturbés ou bloqués aujourd'hui et plusieurs manifestants ont été interpellés au troisième jour de la mobilisation contre les réformes du gouvernement dans l'éducation. Des syndicats lycéens appellent à maintenir la pression et à intensifier le mouvement jeudi et vendredi par une "mobilisation générale".

13h56 : Ce matin, 23 lycées étaient en grève dans l'académie Aix-Marseille, dont 18 à Marseille. Devant le lycée Ampère, des individus ont brûlé une voiture sur le boulevard Romain Rolland. Ailleurs, des casseurs cagoulés se mêlent aux lycéens et détruisent du mobilier urbain, rapporte France 3 Provence Alpes-Côte d'Azur.



(France 3 Provence Alpes-Côte d'Azur)

13h50 : Un blocus a dégénéré ce matin, devant le lycée Jacques-Monod de Saint-Jean-de-Braye (Loiret). Un jeune homme a été blessé à la tête. Selon certains témoins, il aurait été touché par un tir de Flash-Ball, rapporte France 3 Centre Val-de-Loire.

12h25 : Plusieurs dizaines de lycées sont de nouveau bloqués en France. Il s'agit d'un mouvement aux revendications disparates, porté par la vague des "gilets jaunes". Où se situent les points de blocage ? Quelles sont leurs revendications ? Y a-t-il un rapport avec les "gilets jaunes" ? Nous répondons à vos questions dans cet article.

11h36 : Pas de souci, @anonyme. Plusieurs dizaines de lycées sont perturbés ou bloqués ce matin, notamment à Marseille et Créteil. Des blocages et incidents sont également observés dans les Hauts-de-Seine, dans la région lyonnaise et à Toulouse. En ce qui concerne les facs, seuls les sites de Censier (Paris-3) et Tolbiac (Paris-1) sont pour l'instant affectés. Des détails ici.

11h22 : Bonjour Franceinfo, est-il possible d'avoir un point sur les blocages des universités ? Merci

11h21 : Des lycéens et étudiants bloquent leurs établissements, pour protester contre la politique du gouvernement. Mais parfois, leurs revendications sont plus... prosaïques. "Y'a pas assez de frites à la cantine, j'en peux plus !" lance ainsi un lycéen en riant, à la sortie d'un établissement scolaire à Besançon (Doubs). La scène est visible sur le compte Twitter de France 3 Franche-Comté.

10h15 : Les cours sont annulés depuis ce matin à l'université de Tolbiac (Paris-1). Hier, des étudiants réunis en assemblée générale ont voté le blocage de la faculté. Motif : la hausse des frais d'inscriptions pour les étudiants étrangers. Certains d'entre eux lancent également un appel à la convergence avec le mouvement des "gilets jaunes". Une autre AG doit avoir lieu à 10 heures.

10h58 :

"Il n'y a pas de raison que ce soit le contribuable français qui paie les études" des étudiants étrangers en France


Jean-Michel Blanquer réagit à l'annonce de la hausse des frais de scolarité pour les étudiants étrangers. "Ca reste un prix beaucoup plus bas que ce qui est pratiqué dans d'autres pays du monde et ça doit s'accompagner d'une politique de bourse", assure-t-il.

10h58 : "La réforme des 'gilets jaunes" n'a aucun rapport avec la réforme scolaire"


Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, évoquait justement sur franceinfo voilà quelques minutes les blocages lycéens de ces derniers jours, notamment contre Parcoursup. "C'est grave ce qui s'est passé, il se mettent en danger. (...) J'appelle à une grande sérénité", assure aussi Jean-Michel Blanquer.

10h59 : Attention si vous vous rendez au travail, le trafic est perturbé ce matin dans la capitale :

• : le trafic est interrompu entre Juvisy, Avenue Henri Martin et Javel à cause de "personnes sur les voies". La reprise des trains est estimée vers "9h30".

Tram T3a : le trafic était interrompu depuis 8h30, et vient de reprendre, à cause d'un "incident voyageur" indique la RATP. Certains de nos journalistes, coincés dans les rames, nous rapportent que barrières entravent les voies, alors que des lycéens manifestent, aux abords du lycée François-Villon, dans le 14e arrondissement.

Vous êtes à nouveau en ligne