DIRECT. Grand débat national : Macron est à Evry-Courcouronnes pour échanger avec des élus de banlieue

Ce direct est terminé.

Le président de la République se rend à Evry-Courcouronnes (Essonne), lundi, après avoir entamé des consultations avec les chefs de partis politiques.

Pour son premier déplacement dans les banlieues dans le cadre du grand débat, Emmanuel Macron doit échanger à partir de 17 heures avec environ 300 élus et représentants d'associations franciliens à Evry-Courcouronnes (Essonne), commune de 70 000 habitants située à une trentaine de kilomètres au sud de Paris.

Y aura-t-il un référendum en même temps que les européennes ? A sa sortie de l'Elysée, lundi matin, Gilles Le Gendre, patron des députés LREM, a assuré qu'il s'agissait d'une "question secondaire" et que la décision n'était "absolument pas prise". "La vraie question, c'est : comment voulons-nous faire évoluer notre fonctionnement démocratique collectif ?", a affirmé l'élu de Paris devant la presse.

A l'agenda de l'exécutif : Emmanuel Macron consulte cette semaine les responsables politiques des partis représentés à l'Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen. Il débute avec LREM et LR, lundi. Edouard Philippe rencontre, à Beauvais (Oise), des agents de la CAF et des bénéficiaires de la prime d'activité, dont la revalorisation est prévue aujourd'hui. Il débattra ensuite avec des associations du département.

L'UFC-Que Choisir et un think tank s'invitent dans le grand débat. L'association de consommateurs a publié une liste de 12 propositions pour augmenter de neuf milliards d'euros, soit une moyenne de 320 euros par ménage, le pouvoir d'achat des Français. De son côté le Cercle Vulnérabilités et Société explique que des associations agissant auprès de personnes handicapées mentales, malades psychiques, autistes et personnes âgées dépendantes vont participer au grand débat national afin de faire entendre leurs voix.

23h49 : Pour un résumé plus complet, voici notre article qui rassemble les dix séquences à retenir de cette réunion, premier déplacement d'Emmanuel Macron en banlieue parisienne.

23h45 : Sous les applaudissements, Emmanuel Macron clôt le grand débat organisé à Evry-Courcouronnes. Voici ce qu'on peut retenir de ses échanges avec les associations et les maires d'Ile-de-France :

• Il a assumé une réduction drastique des contrats aidés et a parlé de "parcours emploi compétence" pour les remplacer, ainsi que d'emplois francs associatifs ;

• Il a annoncé un plan pour les petites associations ;

• Il a parlé du droit de vote des étrangers sans se prononcer sur la question ;

• Il s'est exprimé sur l'immigration : "Nous sommes dans un monde de migrations (...) que ça nous plaise où non."

23h48 : "Je ne crois pas du tout aux gens qui font des murs."

Alors qu'il parle d'immigration, Emmanuel Macron en profite pour faire un petit tacle à Donald Trump.

23h07 : "C'est la Seine-Saint-Denis ! Il n'y a que la mer qui manque par rapport à la Californie."

Emmanuel Macron vante les richesses économiques de ce département.

23h03 : "Dans les quartiers on n'attend pas que les voitures brûlent."

Pour la troisième et la dernière fois de la soirée, Emmanuel Macron répond aux questions posées par les citoyens, maires et acteurs associatifs rassemblées à Evry-Courcouronnes. Le chef de l'Etat revient sur la mauvaise image dont souffrent certains quartiers.

22h27 : "Vous allez en Egypte vous vous sentez en sécurité, vous vous sentez en sécurité au Mali, mais pas à Grigny."


Autre intervention remarquée : celle d'un membre fondateur de l'association GrignyWood. Avec un ton incisif et sans concession, il critique le versement de subventions à certaines associations (dont certaines se sont exprimées dans la soirée) et l'utilisation de fonds alloués dans le cadre de la politique par certaines mairies. Puis il invite Emmanuel Macron à venir dans son quartier de Grigny (Essonne) et lâche son micro en fin d'intervention.




22h19 : A Evry-Courcouronnes, alors que les maires et acteurs associatifs continuent de poser leurs questions, deux membres d'une compagnie de théâtre ont lu un texte engagé... le tout en deux minutes tout pile. Elles ont été applaudies.





21h43 : Le grand débat, ce sont des dizaines de réunions, mais pas seulement. C’est aussi un site web où tout le monde peut s’exprimer. "L'œil du 20 heures" s'est plongé dans les centaines de milliers de propositions des internautes, et a découvert comment certains lobbys tentent d’orienter le débat. La Ligue des conducteurs par exemple, a trouvé le moyen de gonfler le nombre de contributions sur la fin de la limitation à 80km/h, selon cette enquête.




21h29 : A Evry-Courcouronnes, le grand débat en présence d'Emmanuel Macron se poursuit. Le chef de l'Etat a répondu à la deuxième salve de questions. Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, est également intervenu quelques minutes. Un peu plus tôt, une militante associative a offert des films à Emmanuel Macron.




20h26 : On passe au deuxième tour de salle. Après les réponses d'Emmanuel Macron aux questions de maires et de citoyens, d'autres participants à ce grand débat organisé à Evry s'adressent au chef de l'Etat. Même règle qu'au premier tour : chacun a deux minutes pour poser sa question, le chef de l'Etat prend des notes et répondra par la suite.

21h56 : "C'est Brigitte qui m'a troublé." Emmanuel Macron a répondu sur le ton de l'humour à la maire qui l'avait interpellé en lui disant : "Je suis sûre que vous allez m'écouter parce que je m'appelle Brigitte."




19h55 : Le chef de l'Etat poursuit son intervention sur le droit de vote des étrangers. "Ce n'est pas un engagement que, moi, j'ai pris en campagne. Au fond, le plus important, c'est l'accès à la citoyenneté." Il continue sur le logement. Globalement, Emmanuel Macron expose ses arguments politiques sur chacun des thèmes évoqués au préalable par les intervenants.

19h50 : "Si les maires veulent qu'on donne plus d'importance aux conseils citoyens, je veux bien en débattre. Si vous considérez qu'il faut adapter le cadre, ce n'est pas à moi, de là où je suis, de trancher."

Emmanuel Macron est interpellé sur le rôle et le poids des conseils citoyens au sein des conseils municipaux.

19h29 : "Les contrats aidés, ça a fait souffrir."

Emmanuel Macron parle d'emploi et revient précisément sur les contrats aidés. "On les a fortement supprimés et c'est assumé", reconnaît-il. "Je ne suis pas un grand défenseur des emplois aidés car ça devenait un super produit pour les élections", justifie-t-il. Lui souhaite développer les emplois francs associatifs. "Je crois beaucoup à cette idée."

20h17 : Sébastien Lecornu, le ministre chargé des Collectivités territoriales qui anime le grand débat, a "taclé" le député de l'Essonne Robin Reda. "Ce n'est pas que je ne veux pas donner la parole aux parlementaires, mais ils ont dans leurs prérogatives le loisir et la possibilité d'interroger le gouvernement chaque semaine", lui a-t-il rétorqué, alors que Robin Reda venait de manifester son mécontentement sur Twitter.





19h16 : Retour à Evry-Courcouronnes. Le chef de l'Etat répond aux questions posées par les maires et les citoyens d'Ile-de-France. Il évoque d'abord l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), l'apprentissage puis les services publics. "La Poste fait un travail remarquable", souligne-t-il. "Je préfère dire les quartiers aux banlieues", glisse-t-il par ailleurs.

18h31 : C'est au tour du maire de Nanterre (Hauts-de-Seine) de s'exprimer. Chaque personne a deux minutes de temps de parole. Emmanuel Macron leur répondra ensuite. En attendant le chef de l'Etat écoute les interventions et prend des notes.


18h24 : "Il n'y a pas d'économies à faire sur les plus pauvres."

A Evry-Courcouronnes le grand débat continue. Nadir Adrar, du conseil national des villes, s'adresse au président de la République avec une voix chevrotante, visiblement ému. Après avoir prononcé cette phrase il est salué par quelques applaudissements.

17h52 : Emmanuel Macron se rendra jeudi après-midi à Autun, en Saône-et-Loire, pour rencontrer élus et jeunes du Morvan dans le cadre du grand débat national, a par ailleurs annoncé l'Elysée aujourd'hui.

17h50 : "Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas eu forcément les mouvements le plus perceptibles [du mouvement des "gilets jaunes"] que je considère que les quartiers que vous représentez auraient dû être en dehors du débat. Au contraire. Le grand débat national concerne l'ensemble de la nation."

17h45 : "Nous traversons un moment difficile. Il ne date pas d'hier mais remonte aujourd'hui, peut-être moins dans certains endroits que d'autres."

Emmanuel Macron prend la parole.

17h41 : Ça y est ! Emmanuel Macron est arrivé à la salle Claude-Nougaro d'Evry-Courcouronnes (Essonne) pour débattre avec des élus et responsables associatifs. Stéphane Beaudet, maire Les Républicains de la ville, ouvre les discussions. Vous pouvez suivre ces échanges en direct ici.

17h17 : Emmanuel Macron n'est toujours pas arrivé à la salle Claude-Nougaro d'Evry (Essonne), où il doit rencontrer des élus et représentants d'associations d'Ile-de-France. Sur place, on patiente.

16h59 : La visite surprise d'Emmanuel Macron dans une association d'Evry (Essonne) est terminée. Le chef de l'Etat doit désormais rencontrer des élus et représentants d'associations d'Ile-de-France dans une salle de la ville, mais le début de cette discussion pourrait être retardé, puisque le président discute désormais avec des habitants dans la rue.

16h04 : Emmanuel Macron est arrivé à Evry (Essonne), où il visite actuellement les locaux d'une association. Cette rencontre n'était pas prévue à l'agenda du chef de l'Etat.

15h52 : Bonjour @Maxime et merci pour vos encouragements ! Emmanuel Macron se déplace en effet à Evry-Courcouronnes (Essonne) pour une rencontre avec des élus et représentants d'associations d'Ile-de-France. La rencontre organisée dans le cadre du grand débat national doit débuter à 17 heures, et sera bien sûr à suivre en direct et en vidéo sur franceinfo.

15h51 : Bonjour,Merci pour votre travail !A quelle heure est fixé le débat de Macron en banlieue ? Sera-t-il diffusé sur franceinfo ?

15h36 : Emmanuel Macron va-t-il vraiment organiser un référendum pour tenter de sortir de la crise des "gilets jaunes" ? Sur quoi porterait ce scrutin ? Quand serait-il organisé ? Pourquoi cette solution est-elle critiquée ? Nous avons rédigé un article pour tenter d'y voir plus clair à ce sujet.

13h03 : "Demain, 3,5 millions de foyers dont 700 000 nouveaux foyers vont bénéficier de la prime d'activité. C'est une augmentation substantielle du pouvoir d'achat."

Edouard Philippe s'est exprimé il y a quelques minutes avant de rencontrer des agents de la CAF et des bénéficiaires de la prime d'activité, dont la revalorisation exceptionnelle est prévue demain.

11h35 : "Nous on est 'gilets jaunes' depuis quarante ans !", s'agace Aboubakar Sakanoko, travailleur social et militant associatif à Grigny (Essonne). Franceinfo est allé à la rencontre d'élus et de représentants d'associations de l'Essonne où doit se rendre Emmanuel Macron, ce soir, dans le cadre du grand débat.

10h45 : "Notre devoir c'est d'essayer de faire passer des messages au président. Il faut espérer que pour une fois et Bercy et tous ces ministères (…) finissent par nous entendre et comprendre qu'il y a des besoins particuliers".

Sur franceinfo, le maire LR d'Evry-Courconnes s'est exprimé sur la venue d'Emmanuel Macron dans sa ville. Le président de la République est attendu dans cette commune de l'Essonne dans le cadre du grand débat.

09h59 : Bonjour @Sami21, Emmanuel Macron a prévu de rencontrer à partir de 17 heures "des maires et des députés d'Ile-de-France ayant des quartiers politique de la ville sur leurs territoires, ainsi que des acteurs associatifs et citoyens essonniens impliqués dans la politique de la ville, pour un débat sur les attentes des habitants de ces quartiers", selon l’Elysée.

09h40 : Bonjour à toute la rédaction de France Info. Quels seront les sujets abordés lors du déplacement du Président de la République cet après-midi à Evry ?

08h40 : "Si Emmanuel Macron perd ce référendum, il faudra qu'il en tire les conséquences, il faudra qu'il parte". Invité de franceinfo, l'eurodéputé LR, Philippe Juvin, s'est exprimé sur le potentiel référendum qu'Emmanuel Macron pourrait organiser à l'issue du grand débat national.

07h48 : Bonjour @Dyl, Emmanuel Macron a d'abord lancé, le 15 janvier, le grand débat en se rendant à Grand Bourgtheroulde, dans l'Eure, pour rencontrer des élus. Trois jours plus tard, le président de la République s'est rendu à Souillac, dans le Lot, toujours pour débattre avec des maires. La semaine suivante, celui-ci était l'invité surprise d'un débat citoyen organisé à Bourg-de-Péage, dans la Drôme. Vendredi, il a débattu avec des élus d'Outre-mer mais à l'Elysée. Et ce soir, il se rend donc à Evry-Courcouronnes, dans l'Essonne.

07h39 : # Emmanuel Macron à fait combien de régions ? Merci de me répondre France Info.

07h24 : Des associations agissant auprès de personnes handicapées mentales, malades psychiques, autistes et personnes âgées dépendantes vont participer au grand débat national afin de faire entendre leurs voix, a appris franceinfo auprès du think tank Cercle Vulnérabilités et Société.



(MAXPPP)

07h29 : Suppression du relèvement du seuil de revente à perte (SRP), allongement de la durée de garantie légale, régulation des dépassements d'honoraires : l'UFC-Que Choisir a décidé de contribuer au grand débat national en proposant lundi "douze mesures concrètes" en faveur du pouvoir d'achat. Vous pouvez les retrouver ici.

Vous êtes à nouveau en ligne