Grand débat : Emmanuel Macron a rencontré des citoyens dans la Drôme

Emmanuel Macron à Bourg-de-Péage (Drôme), le 24 janvier 2019. 
Emmanuel Macron à Bourg-de-Péage (Drôme), le 24 janvier 2019.  (MAXPPP)

Le président s'est rendu à un débat citoyen organisé à Bourg-de-Péage dans la Drôme après avoir rencontré Laurent Wauquiez et des élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Emmanuel Macron poursuit sa tournée du grand débat national. Pour sa troisième réunion, jeudi 24 janvier, le chef de l'Etat s'est invité à un débat citoyen organisé à Bourg-de-Péage (Drôme), en fin de journée. Plus tôt dans la journée il avait affronté Laurent Wauquiez, le patron des Républicains, à Valence (Drôme), qui a appelé le chef de l'Etat à aller à la rencontre des Français : "Il faut qu'il aille sur le terrain et qu'il échange directement avec les Français sans filtre, parce que sinon le débat va tourner à vide et ce sera un échec, et ça n'est pas ce que je souhaite." Emmanuel Macron a déclaré qu’il se rendrait "bien sûr" dans toutes les régions métropolitaines et qu'il rencontrerait bientôt des élus ultramarins à Paris. Suivez cette journée dans notre direct.

Des "gilets jaunes" empêchés d'approcher la préfecture. Les forces de l'ordre ont empêché des manifestants de se placer à proximité de la préfecture de la Drôme, à Valence, qui abrite la réunion entre Emmanuel Macron et des élus. Un périmètre de 300 mètres a été mis en place Dans le département, les "gilets jaunes" restent très mobilisés. Valence a vu défiler, le 5 janvier, 3 000 manifestants, presque autant qu'à Paris (3 500), selon les chiffres du ministère.

Tête-à-tête et déjeuner-débat. Après un entretien d'une demi-heure, ils se sont joint à un déjeuner-débat avec une soixantaine d'élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes : les présidents des associations des maires des 12 départements, les parlementaires de la Drôme et la présidente du conseil départemental, Marie-Pierre Mouton (LR). Bref, pas de séance marathon de questions-réponses avec des maires, comme en Normandie et en Occitanie.

 Des Français mitigés. Selon un sondage OpinionWay pour LCI-Le Figaro-RTL, 67% des sondés estiment que le grand débat national est "une bonne chose", mais 62% pensent que l'exécutif ne prendra pas en compte ses résultats.

23h40 : Bonsoir @Marie, voici l'intégralité de cette réunion publique.

23h40 : Bonsoir. Est-ce qu’il serait possible de revoir la retransmission du débat avec le Président de la République qui s’est tenu aujourd’hui 24 janvier à Bourg-de-Péage ? Merci infiniment pour votre travail journalistique.

23h38 : Après sa participation surprise à une réunion publique dans la Drôme, Emmanuel Macron a adressé un tweet aux habitants de Bourg-de-Péage.

21h19 : La réunion publique, à laquelle participait Emmanuel Macron dans la Drôme, est terminée.

21h14 : Face à un gilet jaune qui demande une dissolution de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron lui rappelle qu'il a été élu.

21h09 : "Je crois au référendum mais je pense que le référendum ne peut pas être utilisé pour tous les sujets. Et je crois à la démocratie représentative, je pense qu'il faut des élus qui vont vous représenter."

Interrogé sur le RIC (référendum d'initiative citoyenne), Emmanuel Macron estime que "ce n'est pas la panacée".

21h05 : "Je suis déçu (...), le plus important aujourd'hui, et ça ne coûte rien, c'est de dire : 'Nous allons nous occuper de vous, les communes rurales', après avoir été méprisées pendant des années."

21h04 : "On parle de grand débat, on a plutôt affaire à une grande débâcle. On avait des 'gilets jaunes' qui étaient dehors, à l'extérieur. J'ai invité le président de la République à recevoir une délégation (...). Mais pas de réponse, personne n'est allé à leur contact. Je trouve ça assez surprenant."



21h03 : Avant de participer à cette réunion publique, Emmanuel Macron a notamment plaidé en faveur d'une plus grande décentralisation, face à une trentaine de maires de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le président Avec un succès mitigé, notamment à droite, comme on l'explique ici.

Après avoir rencontré une trentaine d\'élus d\'Auvergne-Rhône-Alpes, Emmanuel Macron s\'est invité à un débat citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme), le 24 janvier 2019.(EMMANUEL FOUDROT / AFP)

20h45 : "Je suis le fils de cette crise. Toutes les colères que vous évoquez aujourd'hui, ce sont elles qui m'ont porté."




20h26 : "La proportionnelle, j'y suis favorable, c'est une promesse de campagne. Si on va vers le vote obligatoire, je pense qu'il faudrait alors aller vers le vote blanc mais je ne vais pas purger le débat en me positionnant aujourd'hui."

Emmanuel Macron est interrogé sur la prise en compte du vote blanc.

20h05 : "Ceux qui réinvestissent dans l'économie (...), ceux-là, je ne leur fais pas payer d'impôt sur la fortune. J'assume totalement cette politique, parce que c'est la seule manière de faire redémarrer la production." Interpellé par un "gilet jaune", Emmanuel Macron a défendu la suppression de l'impôt sur la fortune, remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI).

19h50 : Interpellé sur son passé de banquier d'affaires au sein de Rothschild & Ciealors qu'il évoquait la question des prêts bancaires, Emmanuel Macron s'est défendu en expliquant ne pas être "un héritier".

19h48 : Bonsoir @nicole, Emmanuel Macron a seulement parlé du glyphosate, sujet sur lequel il était interrogé. Il a déclaré que la France ne parviendrait pas à se passer "à 100%" du glyphosate dans les trois ans comme il s'y est engagé. Mais il a encouragé les "productions alternatives" pour ne plus utiliser cet herbicide.

19h54 : Bonsoir, savez-vous si le président a déjà parlé d'écologie dans le débat de Bourg-de-Péage ? Merci

19h22 : "En France, il vaut mieux être un cadre dans une entreprise privée, qu'être un élu ou même un haut fonctionnaire."

Emmanuel Macron répond aux questions d'une personne sur les salaires des hauts fonctionnaires.

19h10 : Emmanuel Macron poursuit son échange lors d'une réunion du débat national dans la Drôme. Et c'est toujours à suivre en vidéo ici.


19h12 : Bonsoir @anonymebelge, oui tout à fait, nous en avons parlé dans ce direct tout à l'heure. Selon plusieurs médias belges, 35 000 jeunes, selon la police, ont défilé à Bruxelles pour le climat. Ils se sont donnés rendez-vous dimanche et jeudi prochain, rapporte Le Soir.

19h12 : "Le glyphosate, je suis pour qu'on en sorte avec des alternatives intelligentes". Le président de la République répond à une question sur cet herbicide.

18h55 : Emmanuel Macron revient sur la suppression de la taxe d'habitation, qu'il juge "inégalitaire". Il assure que rien n'est encore décidé pour son remplacement.

18h41 : "Moi aussi, je suis comme vous, ça me fait mal de voir cette liste de noms anonymes [des SDF morts dans la rue]. Je vous promets qu'on ne lâchera rien."


18h38 : "Je n'ai pas pris l'engagement de campagne qu'il y ait zéro SDF. J'entends beaucoup ça mais je n'ai jamais dit ça. J'ai eu un mot sur les demandeurs d'asile qui dorment dehors."

18h34 : "Est-ce qu'il y a deux ans, on vivait mieux quand il y avait l'ISF, est-ce qu'il y avait moins de SDF ? Non. Je n'ai pas supprimé l'ISF pour faire des cadeaux à certains, c'est pour qu'ils réinvestissent dans le pays."


18h40 : "On écrase tous nos débats en France sur la fiscalité. On pense qu'on règle tout par la fiscalité. On ne règle pas par la fiscalité les vrais inégalités de départ. J'ai supprimé l'ISF pour réindustrialiser le pays, créer de l'emploi. La vraie inégalité, c'est le chômage."

18h40 : Emmanuel Macron est interpellé par un agriculteur "gilet jaune", qui dit "ne plus avoir confiance dans les politiques". Il parle d'abord de la suppression de l'ISF puis il évoque les SDF morts dans la rue, "complètement oubliés". "Le premier grand débat, c'est de tenir vos promesses", lance-il.

18h39 : Répondant à des questions sur la formation, Emmanuel Macron défend actuellement la politique du gouvernement en termes de formation visant des jeunes sans qualification ou des chômeurs de longue durée.

18h19 : "Branche par branche, nous avons mis sur la table la proposition du bonus/malus. Les entreprises qui ont moins recours à des intérimaires auroint un bonus, celles qui en utilsent beaucoup auront un malus."

18h16 : Emmanuel Macron est interrogé sur les questions de l'emploi et notamment de l'intérim subi par de nombreux jeunes.

18h20 : Vous pouvez suivre en direct vidéo cette réunion à laquelle participe le président de la République.

18h08 : Le président de la République vient donc d'arriver dans un débat organisé par la maire divers gauche de Bourg-de-Péage, Nathalie Nieson, en marge de son déplacement dans la Drôme.

18h06 : Emmanuel Macron vient d'arriver au débat citoyen organisé à Bourg-de-Péage, dans la Drôme.

17h03 : Des sites parodiques du grand débat national fleurissent sur le web. Les équipes numériques de l'Elysée n'ont pas pensé à déposer les noms de domaines voisins du site officiel.

16h06 : Le (long) déjeuner-débat entre les élus d'Auvergne Rhône-Alpes et le président de la République est terminé, comme le rapporte France Bleu Drôme Ardèche, présent à la préfecture de Valence.

15h51 : "Mais dis-moi tout / Marionnettiste / J'ai des ficelles à mon destin..." Pendant ce temps-là, un élu a chanté une chanson de Pierre Bachelet face à Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat participe à un déjeuner-débat avec des élus à la préfecture de la Drôme, à Valence.

DIRECT - Voici le menu à la table des élus locaux et d'Emmanuel Macron en préfecture de la Drôme ce jeudi.→ https://www.francebleu.fr/infos/politique/en-direct-suivez-la-visite-d-emmanuel-macron-dans-la-drome-1548278441 … #macron #valence #drome

15h02 : Le déjeuner-débat entre les élus et le président de la République se poursuit à la préfecture de Drôme, à Valence. France Bleu Drôme Ardèche a partagé le menu de ce déjeuner, qui s'avère plus long que prévu.

14h33 : A Valence, dans la Drôme, les élus s'expriment face au président de la République, à l'occasion d'un déjeuner-débat.

13h26 : A Valence, dans la Drôme, le chef de l'Etat salue les élus avec lesquels il va déjeuner et débattre, comme on peut le voir sur cette photo de nos confrères de France Bleu Drôme Ardèche.

Vous êtes à nouveau en ligne