"Gilets jaunes" : 22 300 manifestants selon le ministère de l'Intérieur, la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement

L\'esplanade de la Défense occupée par les \"gilets jaunes\", le 6 avril 2019, à Paris. 
L'esplanade de la Défense occupée par les "gilets jaunes", le 6 avril 2019, à Paris.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

A Paris, ils étaient 3 500 personnes à battre le pavé. 

Pour leur cinquième mois consécutif de mobilisation, les "gilets jaunes" se rassemblent à nouveau dans plusieurs villes du pays, samedi 6 avril. La mobilisation nationale a réuni 22 300 participants dont 3 500 manifestants à Paris, a indiqué le ministère de l'Intérieur, en fin de journée. Il s'agit de la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement. 

Cette 21e journée de contestation intervient trois jours après la censure de l'article clé de la "loi anticasseurs" qui prévoyait des interdictions administratives de manifester et deux jours avant la restitution, lundi, d'une première synthèse des contributions au grand débat national

Eric Drouet verbalisé. A Paris, 43 personnes avaient été interpellées, à 18h30, en marge de la mobilisation, a appris franceinfo auprès de la Préfecture de police. Il y a eu également 14 919  contrôles préventifs et 9 verbalisations sur le périmètre interdit. L'un des leaders du mouvement, Éric Drouet, a lui été verbalisé, ainsi que sa mère, pour présence dans un périmètre interdit aux manifestations, à proximité des Champs-Élysées. "Pour nous, il s’agit d’une pure opération de communication de la préfecture de police et du ministre de l’Intérieur", a réagi son avocat auprès de franceinfo.  

Des échauffourées à RouenDes échauffourées ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre durant la manifestation. Après un début de manifestation calme, de premiers feux de poubelles ont été allumés, du mobilier urbain dégradé et un engin de chantier Manitou a été enflammé par quelques personnes cagoulées et vêtues de noir. Les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes pour empêcher les manifestants d'entrer dans le périmètre du centre-ville interdit à la manifestation.

Mobilisations dans toute la France. D'autres manifestations sont en cours, comme à Rouen, Lyon, Dijon, Nice, Nantes, Montpellier, Bordeaux ou encore Toulouse. A Bort-les-Orgues, en Corrèze, une manifestation est prévue pour protester contre la privatisation de barrages dans la région. Des arrêtés d'interdiction de manifester dans les centres-villes d'Auxerre et de Bourg-en-Bresse ont par ailleurs été pris.

Une "assemblée des assemblées".  A Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, 500 "gilets jaunes" venus de toute la France sont attendus de vendredi à dimanche pour la seconde "assemblée des assemblées". Au programme : groupes de travail et assemblées plénières pour discuter notamment de la "communication interne et externe", de l'attitude "face à la répression" et des "revendications".

Vous êtes à nouveau en ligne