"Gilets jaunes" : l'Elysée déplore les propos "malvenus et incongrus" de Marlène Schiappa au sujet de l'ISF

Emmanuel Macron au sommet du G20 à Buenos Aires en Argentine, le 1er décembre 2018. 
Emmanuel Macron au sommet du G20 à Buenos Aires en Argentine, le 1er décembre 2018.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le président de la République a souhaité clarifier la situation : l'augmentation des taxes sur le carburant prévue au 1er janvier n'est pas "suspendue, ni différée", mais bien "annulée", précise l'Elysée.

>> Ce direct n'est plus actualisé, pour suivre l'évolution de la mobilisation des gilets jaunes du dimanche 9 décembre, consultez notre direct. 


Pas de suspension, pas de moratoire, la hausse des taxes sur les carburants au 1er janvier est "annulée", a précisé l'Elysée à franceinfo, mercredi 5 décembre. Mardi, Edouard Philippe avait évoqué un moratoire de six mois sur la hausse de ces taxes. Ce mercredi, devant les députés, le Premier ministre avait expliqué que le gouvernement renoncerait définitivement à la hausse des taxes sur les carburants s'il ne trouvait pas les "bonnes solutions" sur le pouvoir d'achat lors de la concertation locale décidée pour répondre à la crise des "gilets jaunes". Le président de la République a souhaité clarifier la situation : l'augmentation n'est pas "suspendue, ni différée", mais bien "annulée".

 Trois heures et demie de débat à l'Assemblée nationale pour évoquer la mobilisation des "gilets jaunes". Le Premier ministre a estimé que le débat sur les impôts, qui sera engagé avec les élus et les citoyens, ne "doit pas se traduire par la création de nouvelles taxes" ni par "une augmentation des déficits".

 Trois suspects ont été placés en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur les dégradations commises samedi 1er décembre à l'intérieur de l'Arc de triomphe, indique le parquet de Paris. Dix autres mis en examen ont été placés sous contrôle judiciaire.

 Emmanuel Macron en appelle aux partis. Le chef de l'Etat a demandé mercredi "aux forces politiques et syndicales, au patronat de lancer un appel clair et explicite au calme", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. "Le moment que nous vivons n'est plus à l'opposition politique mais à la République", a-t-il ajouté.

 Une réunion des syndicats jeudi. Selon Le Monde, les cinq secrétaires généraux des principales organisations syndicales se réuniront jeudi au siège de la CFDT, pour évoquer pour la première fois ensemble la mobilisation des "gilets jaunes".

 De nombreux événements annulés samedi à Paris. Après les violences du 1er décembre, les autorités craignent de nouveaux rassemblements à Paris samedi 8 décembre. Deux matchs de Ligue 1 ont été reportés et le Téléthon sera diffusé depuis les studios de France Télévisions en région parisienne.

Vous êtes à nouveau en ligne