"Gilets jaunes" : Philippe annonce la mobilisation de 80 000 policiers et gendarmes samedi

Le Premier ministre Edouard Philippe, le 7 janvier 2019 sur le plateau du \"20 heures\" de TF1.
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 7 janvier 2019 sur le plateau du "20 heures" de TF1. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Matignon a par ailleurs promis des "annonces" après les "violences inacceptables" qui ont eu lieu lors de certains rassemblements de "gilets jaunes" samedi.

Edouard Philippe montre les muscles. Invité de TF1 pour réagir aux violences qui ont émaillé les derniers rassemblements des "gilets jaunes", lundi 7 janvier, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement serait "favorable à ce qu'une loi nouvelle" permettant de sanctionner plus durement les organisateurs, les casseurs et les participants à une manifestation non déclarée "soit adoptée" prochainement. Il a en outre annoncé que 80 000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés samedi pour le prochain rassemblement national des "gilets jaunes".

 Un total de 345 personnes ont été interpellées samedi. Parmi elles, 281 ont été placées en garde à vue dans toute la France dans le cadre des mobilisations de samedi, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur, qui avait comptabilisé 50 000 manifestants. A Paris, des individus sont notamment parvenus, en défonçant la porte avec un engin de chantier, à pénétrer dans l'enceinte du ministère du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui a dû être exfiltré. Des membres des forces de l'ordre ont également été violentés, dans le centre de la capitale ou encore à Dijon.

Des violences dénoncées. L'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes samedi à Paris, s'est présenté à la police lundi matin et a été placé en garde à vue. Dans une vidéo, l'ex-champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers admet avoir "mal réagi", tout en affirmant s'être "défendu" face aux violences policières. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a par ailleurs été saisie, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un commandant divisionnaire, Didier Andrieux, donner plusieurs coups de poing au visage à un homme à Toulon (Var).

Des syndicats de policiers réclament un nouveau fichier. Alliance demande notamment la création d'un fichier de personnes interdites de manifestations, sur le modèle des interdits de stade, qui pourraient pointer au commissariat en amont d'évènements sensibles. Un fichier similaire existe pourtant depuis 2014, explique la journaliste spécialisée Camille Polloni sur son compte Twitter.

Une "réflexion" annoncée dès samedi soir. Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez avait indiqué qu'une "réflexion" était "en cours" au gouvernement "pour savoir s'il faut durcir les textes pour éviter ce genre de débordements et surtout qu'ils soient punis". Il avait évoqué "la mesure éventuellement d'avoir un fichier, d'avoir un durcissement de la législation pénale dans un certain nombre de circonstances".

 

Vous êtes à nouveau en ligne