DIRECT. Le mouvement des "gilets jaunes" a eu un "impact sévère" sur l'économie, affirme Bruno Le Maire

Des \"gilets jaunes\" bloquent l\'accès à des supermarchés à Capvern-les-Bains (Hautes-Pyrénées), le 17 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" bloquent l'accès à des supermarchés à Capvern-les-Bains (Hautes-Pyrénées), le 17 novembre 2018. (LAURENT FERRIERE / HANS LUCAS / AFP)

Le ministre de l'Economie s'est exprimé à l'issue d'une rencontre avec les représentants des organisations professionnelles affectées par les blocages.

Quelle suite pour le mouvement des "gilets jaunes" ? Après une deuxième grande journée de protestation samedi, qui a réuni plus de 100 000 manifestants à travers la France, les "gilets jaunes" ont repris, lundi 26 novembre, leurs actions dans plusieurs régions de France, notamment dans le Finistère, dans les Côtes-d'Armor et en Normandie. La situation est également toujours tendue à La Réunion, où 22 points de blocage sont encore recensés, relaie Réunion la 1ere. Retrouvez l'ensemble des blocages, région par région, dans notre article.

"Un impact sévère" sur l'économie française. Les actions des "gilets jaunes" ont eu des conséquences selon le ministre de l'Economie. "Dans la grande distribution, la perte de chiffre d'affaires a été de 35% le samedi 17 novembre et de 18% le samedi 24 novembre. Dans la semaine, elle s'est échelonnée entre 8% et 15%", a déclaré Bruno Le Maire, après une rencontre avec les représentants des organisations professionnelles affectées. Cependant il est "trop tôt" pour évaluer l'impact de ces actions sur la croissance, a-t-il ajouté. Le gouvernement va "faire en sorte" que la liberté de commerce et de circulation, touchée par les actions des "gilets jaunes", soit garantie, a complété le ministre.

Gardes à vue et comparutions immédiates. Après les heurts en marge du rassemblement parisien, samedi, 28 gardes à vue ont été prolongées et 47 personnes ont déjà été présentées à la justice, sur les 103 personnes interpellées samedi, a indiqué le parquet de Paris lundi. Vingt-sept personnes doivent être présentées en comparution immédiate lundi, a annoncé le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, sur CNews.

Des incidents dans 134 sites des finances publiques. Des "incidents liés aux 'gilets jaunes'" ont été recensés "depuis le 19 novembre dans 134 sites" des finances publiques "répartis dans 55 départements", selon la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Survenus dans "des sites majoritairement ouverts au public", ces incidents sont "essentiellement des actes de vandalisme, comme des feux" allumés ou des dépôts d'"ordures devant les centres, ainsi que quelques cadenassages" ou encore, dans "cinq cas", la pose de "parpaings" pour "bloquer les entrées".

Une délégation de huit "gilets jaunes" désignée. Une "délégation" de huit "communicants officiels" du mouvement des "gilets jaunes" a été créée pour "engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l'Etat et de son gouvernement". Cette délégation demande une rencontre au président de la République et au Premier ministre "au plus vite".

Des mesures pour des transports moins polluants. Des dispositifs visant à favoriser les transports moins polluants ont été détaillés par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, à l'occasion de sa présentation en Conseil des ministres de son projet de loi d'orientation pour la mobilité (LOM). L'idée de la création de péages urbains en France, initialement envisagée dans ce projet de loi, a finalement été écartée.

23h52 : L'ancienne députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal, affirme au Figaro avoir pris part à la manifestation de samedi à Paris. "Quand je suis arrivée sur les Champs-Élysées, les vrais 'gilets jaunes' étaient partis depuis longtemps, dit-elle. Le mouvement était totalement phagocyté par des militants d'extrême gauche."

23h44 : @Mio @anonyme : Bonsoir. Le discours d'Emmanuel Macron est annoncé pour 10h30, demain. Il sera bien sûr à suivre dans ce direct et à regarder en vidéo sur notre chaîne sur le canal 27 de la TNT. Le chef de l'Etat doit notamment présenter sa stratégie pour la transition écologique.

23h44 : C’est à quel heure que Macron repond aux gilets jaunes avec son discours demain !??

23h44 : Bonsoir. A quelle heure les annonces du gouvernement doivent être faites demain? Et où peut-on les suivre en vidéo? Merci à vous.

23h05 : Le parquet d'Angers annonce la mise en examen et le placement en détention provisoire du forcené "dangereux" qui avait menacé, vendredi, de se faire exploser si les "gilets jaunes" n'étaient pas reçus à l'Élysée.

22h40 : Le geste du député réunionnais Jean-Hugues Ratenon, qui a dit vouloir "mettre en avant le drapeau 974 de la résistance", intervient cinq jours après que le député non-inscrit Jean Lassalle a arboré un gilet jaune à l'Assemblée.

22h37 : "Voilà la résistance !" Le député "insoumis" de la Réunion Jean-Hugues Ratenon a brandi un gilet jaune, ce soir, à l'Assemblée nationale, provoquant une suspension de séance. La scène est à la toute fin de cette vidéo.




22h07 : L'audience est levée au palais de justice de Paris, où des "gilets jaunes" étaient jugés en comparution immédiate pour leur participation aux violences commises sur les Champs-Elysées. Voici les dernières peines rapportées par notre envoyée spéciale Margaux Duguet, qui vous propose de découvrir les explications des uns et des autres sur son compte Twitter.

22h00 : Un homme de 35 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir fait usage de gaz lacrymogène contre un policier lors de la manifestation de samedi à Limoges. Il avait déjà été condamné à quatre reprises, notamment pour des outrages à agents et des violences.



(MAXPPP)

21h57 : Les "gilets jaunes" se font aussi entendre en Belgique. La ville de Bruxelles annonce avoir autorisé une manifestation de "gilets jaunes" prévue vendredi, non loin des institutions européennes, à l'initiative d'un youtubeur belge.

21h50 : La boutique Dior située sur les Champs-Elysées a été pillée, samedi, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", selon une source proche du dossier, qui nous confirme une information de BFMTV. Des bijoux ont été volés pour un préjudice de l'ordre d'un million d'euros.

20h20 : "Il faut bien préciser que nous ne sommes pas là pour décider pour les gens, on est là pour émettre des propositions qui seront soumises à un référendum populaire."

Sur franceinfo, l'un des huit membres de la "délégation" dévoilée aujourd'hui assure que "tout le monde a son mot à dire" et que "le but est de créer une assemblée citoyenne, renouvelée à une certaine fréquence".

20h15 : "C'est l'exercice de la pluralité qui a fait la force de ce mouvement", affirme pour sa part Benjamin Cauchy, "gilet jaune" à Toulouse. Il déplore un certain "sectarisme" et une "radicalisation" chez ces "porte-paroles autoproclamés".

20h12 : "On ne l'a jamais vu. Personne ne l'a vu. On ne veut pas être représenté par lui, on le rejette complètement."

Ce "gilet jaune" costarmoricain met en cause l'un des huit membres de la "délégation" officielle, Maxime Nicolle, lui aussi issu du département.

20h10 : L'annonce de la désignation de huit "gilets jaunes" pour représenter le mouvement au plan national ne passe pas chez certains manifestants. Sur Facebook, un groupe parisien de 2 000 personnes dénonce ainsi un "coup de force".

19h50 : Pendant ce temps, au palais de justice de Paris, les comparutions immédiates se poursuivent après les violences de samedi sur les Champs-Elysées. On y retrouve notre journaliste Margaux Duguet, qui vous propose de suivre l'audience sur Twitter. Des peines de prison avec sursis ont été prononcées.

19h46 : Promettant de "garantir la liberté de commerce et de circulation dans tout le pays", Bruno Le Maire annonce la mise en place d'une cellule de continuité économique pour accompagner les entreprises affectées. Des autorisations supplémentaires d'ouverture le dimanche pourraient notamment être accordées pour rattraper le manque à gagner.

19h42 : Selon le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, la perte de chiffre d'affaires dans la grande distribution "a été de 35% le samedi 17 novembre et de 18% le samedi 24 novembre" en France. Il évoque des baisses jusqu'à "60 à 70% pour certains artisans bouchers, coiffeurs ou boulangers".

17h53 : Mais cette mesure votée par le Sénat ne risque pas de passer car c'est l'Assemblée nationale qui a le dernier mot. Et l'Assemblée nationale est dominée par la majorité présidentielle.

17h50 : Le Sénat a voté le gel de la hausse de la taxe sur les carburants, au cœur du mouvement de mobilisation des "gilets jaunes". L'amendement de la commission des Finances, adopté pendant l'examen du projet de budget 2019, revient à "en rester aux tarifs fixés pour 2018", c'est-à-dire à geler les tarifs à compter du 1er janvier 2019, a expliqué le rapporteur général Albéric de Montgolfier (Les Républicains).

17h44 : Notre journaliste Margaux Duguet est toujours au tribunal de Paris pour suivre les comparutions immédiates de personnes interpellées, samedi, sur les Champs-Elysées.

17h41 : Selon le ministre de l'Economie, "les événements récents ont eu un impact sévère sur l'activité".

17h28 : FO Finances "exige des ministres qu'ils prennent sans délai toutes les mesures de prévention pour assurer la sécurité des biens et de leurs agents". Le syndicat souligne que des "agents des finances sont empêchés de se rendre sur leur lieu de travail, voire [sont] parfois menacés et insultés".

17h24 : Ces incidents sont survenus dans "des sites majoritairement ouverts au public". Il s'agit "essentiellement" d'"actes de vandalisme", comme des feux allumés ou des dépôts d'"ordures devant les centres, ainsi que quelques cadenassages" ou encore la pose de "parpaings" pour "bloquer les entrées" des établissements. Par exemple, dans l'Ain, trois centres des impôts ont été murés.

17h17 : Des "incidents liés aux 'gilets jaunes'" ont été recensés "depuis le 19 novembre dans 134 sites" des finances publiques "répartis dans 55 départements", annonce la Direction générale des finances publiques.

17h14 : Eric Coquerel, député de La France insoumise, souhaite que des députés reçoivent une délégation des "gilets jaunes", rapporte La chaîne parlementaire. Il vient de réitérer sa proposition dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

17h04 : Julien Terrier, l'un des huit porte-parole des "gilets jaunes", explique sur BFMTV comment la délégation de huit communicants a été désigné. "Les représentants des régions se sont réunis via une visioconférence, hier soir. Les volontaires se sont mis en avant, selon les compétences de chacun. Et après, nous avons effectué un vote entre les représentants de régions pour élire les huit personnes qui porteront le mouvement jusqu'au bout", a-t-il détaillé.

16h55 : Au tribunal de Paris, les comparutions immédiates des personnes interpellées samedi sur les Champs-Elysées se poursuivent. Une femme est dans le box.

Vous êtes à nouveau en ligne