Marlène Schiappa affirme que le gouvernement renoncera aux hausses de taxes en cas d'échec de la concertation

Ce direct est terminé.

Plusieurs collectifs de "gilets jaunes" ont appelé à de nouveaux rassemblements à Paris, samedi 8 décembre. 

Invitée de l'émission spéciale de France 3 sur les "gilets jaunes" mardi 4 décembre, Marlène Schiappa s'est livrée à une forme de mea culpa, reconnaissant que le gouvernement avait répondu trop tard aux revendictions des "gilets jaunes". Edouard Philippe a annoncé mardi le gel des tarifs de l'électricité et du gaz "pendant l'hiver", ainsi que la suspension durant six mois de "la hausse de la taxe carbone, la convergence de la fiscalité du diesel et l'alignement de la fiscalité du gazole pour les professionnels". Marlène Schiappa a également expliqué qu'en cas d'absence d'accord après la phase de concertation prévue jusqu'en mars, "on supprime et on renonce définitivement à toutes ces hausses de taxes".

 Emmanuel Macron hué. Le président s'est rendu à la préfecture du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, mardi 4 décembre. Le bâtiment a été incendié samedi, lors d'un rassemblement des "gilets jaunes" qui a dégénéré. Le président de la République est arrivé vers 16 heures et doit repartir dans la soirée. Aucune déclaration n'est prévue.

 Le Premier ministre a essuyé de vives critiques sur sa réponse à la colère des "gilets jaunes", mardi, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "C'est trop peu et trop tard", a notamment estimé Damien Abad, député LR de l'Ain.

Des matchs de football annulés. La Ligue française de football a annoncé mardi le report des rencontres de Ligue 1 PSG-Montpellier et Toulouse-Lyon, initialement prévues samedi 8 décembre, à la demande de la préfecture.

Le ministre de l'Intérieur entendu par le Sénat. "J'invite les 'gilets jaunes' raisonnables à se désolidariser des extrêmes et à ne pas se rassembler à Paris samedi prochain", a plaidé Christophe Castaner durant son audition devant les sénateurs.

23h58 : "Je pense que les Canadiens comprennent les coûts du changement climatique", affirme la ministre canadienne de l'Environnement pour défendre son projet de taxe sur les carburants. "Ils en paient déjà le prix", ajoute-t-elle, en allusion aux feux de forêts, inondations, canicules et sécheresses qui ont frappé le Canada cette année.

23h56 : Alors qu'il s'apprête à introduire une taxe carbone en janvier, le gouvernement canadien dit ne pas craindre une propagation du mouvement français, même si son projet est combattu par certaines provinces et une partie de l'opposition.

23h30 : Le message retweeté par Donald Trump dans lequel il est écrit que des slogans "Nous voulons Trump" sont scandés en France pourrait trouver son origine dans ce tweet erroné montrant une foule criant "We want Trump", accompagné d'une légende affirmant que la scène a été filmée en France (alors qu'elle semble provenir du Royaume-Uni).

23h22 : Les "gilets jaunes" en appellent à Donald Trump. C'est du moins ce que laisse entendre un tweet d'un internaute conservateur américain, dont la publication a été relayée par le président américain en personne. "Les gens scandent 'Nous voulons Trump' dans les rues de Paris", est-il écrit dans le message, dépourvu du moindre élément concret en ce sens.

23h00 : La députée de La France insoumise Caroline Fiat n'a pas apprécié, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée, que le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, lui reproche un manque de soutien aux forces de sécurité. Voici les mots du ministre et la réponse de l'élue.

22h51 : Marlène Schiappa a également expliqué ce que deviendront, à l'issue du moratoire, les hausses de taxes gelées par l'exécutif. En cas d'absence d'accord après la phase de concertation prévue jusqu'en mars, "on supprime et on renonce définitivement à toutes ces hausses de taxes" , dit-elle.




22h46 : "Le gouvernement a été trop lent à répondre. On a apporté une réponse, peut-être, dans des termes trop 'techno'."


Dans l'émission spéciale "gilets jaunes" qui vient de se terminer sur France 3 et franceinfo, Marlène Schiappa s'est livrée à une forme de mea culpa.

22h29 : Voici des images de la sortie d'Emmanuel Macron de la préfecture de Haute-Loire, ce soir, sous les huées de quelques personnes appelant à sa "démission".




(GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

22h25 : Avant de se rendre à la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire), Emmanuel Macron s'est entretenu avec des "gilets jaunes" modérés, selon France Inter. Ils ont abordé les questions du pouvoir d'achat, du prix des carburants et le recul des services publics.

21h58 : "Je suis inquiet parce que je vois bien que le mouvement de contestation se répand (...) qu'il n'y a pas vraiment de revendication mais surtout de la casse, de la violence, de l'exaspération et je me dis que tout cela est la preuve d'une difficulté d'expression."

Après que le hall d'un lycée de l'agglomération de Toulouse a été incendié, Jean-Luc Moudenc, dont la commune a également été le théâtre de violences lors de manifestations de "gilets jaunes", fait part de son "désolement".

21h36 : En début de soirée, lors de son audition au Sénat, Christophe Castaner a affirmé que la décision sur une éventuelle instauration de l'état d'urgence "n'était pas prise". "Mon sentiment est que nous n'en avons pas spontanément besoin", a-t-il toutefois précisé.




21h31 : Comment éviter de nouvelles violences samedi ? Face au risque d'"un quatrième samedi noir", Les Républicains appellent le gouvernement à instaurer l'état d'urgence, "seule mesure qui permettrait" aux "gilets jaunes" de manifester "pacifiquement sans être pris en otage par les casseurs".

21h22 : La CGT et FO transports appellent les routiers à la grève, à partir de dimanche, pour une durée indéterminée. Ils entendent protester contre les "miettes" de mesures pour le pouvoir d'achat présentées par le gouvernement et défendre la rémunération des heures supplémentaires.

21h06 : Envie de vous plonger, le temps d'une soirée, dans le dossier des "gilets jaunes" ? Une émission spéciale commence à l'instant sur France 3, présentée par Carole Gaessler. Vous pouvez également la regarder sur franceinfo, sur le canal 27 de la TNT.

20h53 : "Ces mesures doivent mettre fin au blocage de l'économie et aux pertes déjà subies par nos entreprises, qui doivent au plus vite retrouver une activité normale."


Après les annonces de l'exécutif, l'Union des entreprises de proximité (artisans, commerçants, professions libérales) appelle, comme l'ensemble du patronat, à "l'arrêt du mouvement des gilets jaunes".

20h48 : Après avoir été reçu à Matignon, le "gilet jaune" nantais David Tan annonce qu'il ne va pas poursuivre les actions de blocage. Il qualifie le moratoire annoncé par Edouard Philippe d'"avancée intéressante mais insuffisante".

20h45 : @anonyme : Vous faites allusion à David Tan, membre du collectif des "gilets jaunes libres", qui a été reçu par Edouard Philippe cet après-midi. "Je lui ai parlé du vrai coût de la vie", raconte le manifestant à France 3 Pays de la Loire.




20h45 : Sinon un bref post ce matin, vous avez très peu parlé du chauffeur de taxi qui lui, s’est rendu à Matignon. Que s’est il dit lors de cet entretien? Votre couverture est limitée, pourrant c’est le seul a y être allé...

20h38 : Il y a trois semaines, il assurait qu'il allait "maintenir" les hausses de taxes prévues, par souci de "cohérence". Edouard Philippe a fini par lâcher du lest, aujourd'hui, en annonçant un moratoire. Dans cette vidéo, je vous montre comment la ligne de l'exécutif a subitement basculé.




20h29 : Au Puy-en-Velay (Haute-Loire), où Emmanuel Macron est actuellement en visite, les annonces d'Edouard Philippe ont été fraîchement accueillies par les "gilets jaunes" locaux. "Il a rallumé le feu", rage Didier, rencontré par Matthieu Mondoloni et Gilles Gallinaro.




20h21 : Parmi les 73 personnes jugées en comparution immédiate, hier, à Paris, 20 ont été condamnées à de la prison ferme, selon une source judiciaire. Huit mandats de dépôt ont été décernés. Seize prévenus ont vu leur procès renvoyé à une date ultérieure et dix personnes ont été relaxées.

19h38 : Comme chaque soir, à Paris, une cérémonie de ravivage de la flamme du soldat inconnu a eu lieu sous l'Arc de triomphe. Plusieurs élus parisiens, dont la maire, Anne Hidalgo, y ont assisté, tout comme la secrétaire d'Etat Geneviève Darrieussecq, trois jours après les violences qui ont eu lieu dans le quartier.

19h23 : Le blocage des dépôts pétroliers de Brest (Finistère) et Lorient (Morbihan) a été levé, cet après-midi, après les annonces d'Edouard Philippe. Ces deux sites étaient occupés depuis sept jours par des indépendants des travaux publics, ce qui a provoqué des situations de pénurie dans des stations-service.



(FRED TANNEAU / AFP)

19h13 : Toujours sur RTL, au sujet de la Marche pour le climat prévue samedi à Paris, Nicolas Hulot affirme que "ce n'est pas le moment". Il évoque "un risque de confrontation et de confusion supplémentaire".

19h09 : Nicolas Hulot estime que les décisions annoncées ce jour ne constituent pas "une bonne nouvelle pour le climat" mais il ajoute que "l'enjeu écologique ne se fera pas contre les Français", seulement "avec la compréhension des Français"

19h07 : "Je salue une décision nécessaire, incontournable, courageuse, de bon sens, dans le contexte actuel qui désole tout le monde."

Sur RTL, l'ancien ministre de la Transition écologique affirme que le gel des hausses de taxes décidé par le gouvernement constitue "une pause" et non "un renoncement".

19h02 : Nicolas Hulot salue "une décision nécessaire" et "courageuse" de l'exécutif après l'annonce d'un moratoire sur la hausse des taxes sur le carburant.

18h40 : La liste des événements annulés à Paris samedi s'allonge. Le festival électro InaSound Festival, prévu au Palais Brongniart et parrainé par Jean-Michel Jarre, est reporté au printemps prochain.

18h35 : Selon L'éveil de la Haute-Loire, la suite de la visite d'Emmanuel Macron au Puy-en-Velay n'est guère plus tranquille. "Ils sont là les feignants, ils t'attendent, a scandé un homme devant une caserne où s'est rendu le chef de l'Etat. On n'est rien, mais toi non plus." Plusieurs gilets jaunes sont là.

18h26 : A la sortie de sa visite surprise à la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire), Emmanuel Macron a été hué par une vingtaine de manifestants qui l'attendaient, selon notre journaliste sur place. "Tous pourris", "Macron démission", ont lancé certaines personnes, tandis que la garde rapprochée du président a dû sortir d'un véhicule pour permettre au cortège de quitter les lieux.

18h30 : Patron d'une formation de droite nationaliste, le député qui a enfilé un gilet jaune au Parlement serbe a souligné qu'Emmanuel Macron "négociait avec les gilets jaunes". Il a accusé le pouvoir de n'en avoir pas fait de même en juin, lorsque la hausse du prix de l'essence en Serbie avait provoqué un bref mouvement de protestation dans plusieurs villes, se traduisant par des blocages de routes.

18h13 : Les manifestants français font des émules à l'étranger. En Serbie, un député de l'opposition a revêtu un gilet jaune pour protester contre les prix de l'essence dans le pays. "Nous voulons des prix normaux de l'essence, ou vous aurez des gilets jaunes dans les rues de Belgrade et de Serbie", a lancé Boško Obradović.

17h55 : Bonjour @anonyme. Une conférence de presse doit se tenir à Lyon, demain, à 15h30, pour présenter le dispositif de sécurité et de secours prévu pour la Fête des Lumières, qui doit se tenir du 6 au 9 décembre. Nous vous tiendrons informés.

17h55 : Bonjour Quid de la Fete des Lumieres à Lyon ?

17h43 : Emmanuel Macron vient d'arriver à la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Le bâtiment a été incendié samedi lors d'une manifestation des "gilets jaunes".

17h40 : "Des annonces très insuffisantes" estime le RN, "Il n'y a aucune réponse à la question du pouvoir d'achat" juge le PS, "Tout ça pour ça", dénoncent Les Républicains, "Un premier pas" qui ne suffit pas, pour la France Insoumise... Le discours d'Edouard Philippe et ses promesses ont suscité de nombreuses réactions dans le monde politique.

17h37 : Les nouvelles manifestations qui pourraient avoir lieu samedi ont obligé plusieurs organisateurs à annuler des événements prévus de longue date. Bilan : deux matchs de Ligue 1 sont reportés, le Téléthon pourrait être menacé, la Marche mondiale pour le climat devrait être maintenue. Plus de détails dans notre article.

Vous êtes à nouveau en ligne