"Demain, tous les gitans se réuniront" : comment l'appel à la mobilisation des gens du voyage aux côtés des 'gilets jaunes' a enflammé les réseaux sociaux

Capture d\'écran de la vidéo \"Message d\'un gitan au gouvernement\", diffusée le 7 janvier sur Facebook.
Capture d'écran de la vidéo "Message d'un gitan au gouvernement", diffusée le 7 janvier sur Facebook. (FACEBOOK)

Plusieurs vidéos d'hommes se présentant comme des gitans appellent à une mobilisation violente de leur communauté pour le samedi 12 janvier, nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes".

C'est l'un des sujets qui revient en boucle dans les groupes Facebook des "gilets jaunes" à l'approche de leur 9e journée de mobilisation : les gitans et, plus largement, tous les gens du voyage sont appelés à manifester à Paris, samedi 12 janvier. "On a l'information comme quoi ils montent sur Paris, c'est une bonne chose", se félicite Ramous, un proche d'Eric Drouet dans un live Facebook diffusé le 9 janvier par cette figure du mouvement. "L'information" trouve sa source dans plusieurs vidéos, devenues virales sur les réseaux sociaux depuis le 7 janvier, jour de l'arrestation de Christophe Dettinger, le boxeur qui a frappé deux gendarmes mobiles lors d'une manifestation à Paris, samedi 5 janvier.

>> "Gilets jaunes" : à quoi va ressembler la mobilisation du samedi 12 janvier ?

Originaire de l'Essonne, l'homme appartient à la communauté des gens du voyage : lorsqu'il écumait les rings, l'ancien champion de France des lourds-légers était même surnommé le "gitan de Massy". C'est cette appartenance qui a tout déclenché. "Macron, je vais te dire quelque chose, les gitans, c'est comme les braises, quand t'as une braise bouillante et que tu souffles dessus, ça ravive une flamme, cette flamme, c'est le peuple voyageur, t'as soufflé sur un de chez nous, t'as attisé le feu, tu attises la flamme et là c'est tout le peuple gitan qui va se réveiller", prévient un homme dans l'une de ces vidéos mise en ligne le 7 janvier.

"Vous prenez ce garçon-là et on vous fera une guerre"

Le même jour, dans une autre vidéo, l'avertissement est encore plus précis. "Si vous voulez la révolution, vous prenez ce garçon-là et on vous fera une guerre, à tout le peuple gitan, il faut tous se rejoindre samedi prochain et on va voir si on va pas casser (...), prenez ce garçon, mettez-le en prison, demain tous les gitans de France se réuniront et on verra", lance un autre homme dans un "message d'un gitan au gouvernement" visionné vendredi plus de 227 000 fois. Le message est clair : si Christophe Dettinger part en prison, ce sera la "guerre". Deux jours plus tard, l'ancien boxeur a été placé en détention provisoire, dans l'attente de son procès prévu le 13 février.

Un événement rapidement repris dans de nouvelles vidéos. "Le gitan que t'as mis en prison, celui qui vous a mis quelques coups, il en a marre comme nous, toi et tes CRS, tu gazes les vieux et les vieilles qui manifestent pour leurs retraites, avec tes grenades, tu arraches des mains, avec ton flash-ball, tu crèves des yeux", énumère un autre internaute gitan en s'adressant directement au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Le visage dans l'obscurité, l'homme prévient que "le pacifisme, ce n'est pas pour nous" et met en garde : "Le gitan de Massy que t'as pris, s'il n'est pas dehors vendredi, samedi tu vas avoir affaire à nous, on va se mettre sur la gueule une bonne foi pour toutes."

La justice saisie sur trois vidéos

Sur le groupe "Gens Du Voyage Gj En Colere", un quatrième homme se filme à plusieurs reprises dans un camion, affirmant être en route pour Paris. "Il faut y aller, il faut faire la force, on n'est pas dans le pacifisme (...) A tous les voyageurs, vous sortez, sortez les cousins, on y va en masse, laissez les femmes et les petits à la maison, on y va comme des hommes", exhorte-t-il dans une vidéo où il affirme avoir reçu une convocation de la police. D'autres vidéos annonçant l'arrivée à Paris commencent à circuler jeudi, au milieu d'intox montrant des files ininterrompues de caravanes, relève le journaliste Vincent Glad sur Twitter.

Toute cette agitation n'est pas passée inaperçue. Mercredi et jeudi, le préfet de police de Paris a signalé au parquet trois vidéos de gens du voyage, sur la base de l'article 40 du Code de procédure pénale, qui enjoint tout représentant des autorités à le faire s'il a connaissance d'un crime ou d'un délit. Vendredi, un homme a été arrêté à Stiring-Wendel (Moselle) après la mise en ligne d'une vidéo deux jours plus tôt, rapporte Le Républicain Lorrain. "Dans ce message vidéo, cette personne appelle à l’insurrection", justifie auprès du quotidien Jean-Luc Jaeg, le procureur de la République de Sarreguemines.

Des appels au calme

La réponse à ces vidéos n'est pas seulement judiciaire. Dans un communiqué, le célèbre forain Marcel Campion "demande aux gens du voyage et gitans de France de se calmer, nous allons le soutenir [Christophe Dettinger] ainsi que sa famille". La Fédération nationale des associations solidaires d'action avec les Tsiganes et les Gens du voyage (Fnasat) et deux autres associations disent condamner "sans réserve toute forme de violences".

"En même temps, on réaffirme le principe de la liberté de manifester, complète Laurent El-Ghozi, président de la Fnasat. Ce n’est peut-être pas le meilleur prétexte mais je trouve très bien que les gens du voyage trouvent une certaine cohésion pour prendre la parole : on ne les entend jamais, ils sont absents de toutes les politiques publiques."

Que les gens du voyage prennent conscience collectivement du fait qu’ils sont discriminés et oubliés, je trouve ça intéressant.Laurent El-Ghozià franceinfo

Le président de la Fnasat ne sait cependant pas si la mobilisation sera suivie sur le terrain. "Je n'en ai aucune idée, explique-t-il. Si c'était suivi, ce serait une première. Les manifestations sont rares et, à ma connaissance, il n'y a jamais eu depuis vingt-cinq ans une manifestation identifiée 'gens du voyage' à Paris." Réponse samedi 12 janvier.

Vous êtes à nouveau en ligne