CARTE. Municipales 2020 : où se présentent les dix listes nuancées "gilets jaunes" (parfois contre leur gré) ?

Une miliante \"gilet jaune\"  à Cabries, près de Marseille, le 17 novembre 2019.
Une miliante "gilet jaune"  à Cabries, près de Marseille, le 17 novembre 2019. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Pour la première fois, le ministère de l'Intérieur a décidé de donner une nuance "gilets jaunes" à des listes aux élections municipales. Voici le résultat.

Pendant des mois, ils étaient partout : sur les ronds-points, dans les rues, dans les médias... Mais les "gilets jaunes" seront-ils sur vos bulletins de vote pour les élections municipales des 15 et 22 mars ? Pas si sûr. Malgré l'explosion du nombre de candidatures "citoyennes", seuls dix listes ont été nuancées "gilets jaunes" par le ministère de l'Intérieur et les préfectures. Deux listes se présentent ainsi dans le Vaucluse, deux autres à La Réunion ainsi qu'une dans le Gard, en Haute-Garonne, dans l'Hérault, dans l'Isère et dans la Meuse.


C'est une nouveauté de l'élection 2020 : dans la deuxième version de la désormais célèbre circulaire Castaner, le ministre de l'Intérieur a reconnu officiellement les "gilets jaunes", comme une nuance dans "les courants politiques divers", au même titre que les "animalistes", les "écologistes" (en dehors d'Europe Ecologie-Les Verts), les "divers" et les "régionalistes". Contacté par franceinfo, le ministère de l'Intérieur rappelle que ce sont les préfets qui attribuent ces nuances de "manière discrétionnaire" dans toutes les communes de plus de 3 500 habitants. 

Les hauts fonctionnaires fondent leur décision à partir "d'éléments objectifs", comme les appartenances politiques, les déclarations officielles, les soutiens ou encore la trajectoire politique du candidat. L'objectif ? Pouvoir analyser les résultats politiques de l'élection. Une donnée primordiale pour la visibilité du mouvement des "gilets jaunes".

"La politique ne nous fait pas vivre"

Du jaune, la liste Astèr le pép! ("Maintenant le peuple"), qui se présente à Saint-Denis, sur l'île de La Réunion, en a mis partout sur ses affiches. "Le mouvement des 'gilets jaunes' a permis à toute une partie de la population de prendre conscience que le rôle du citoyen est d'être acteur et non plus seulement spectateur, explique le mouvement. Notre candidature s'inscrit dans la continuité de cette prise de conscience et porte l'ambition de remettre les citoyens au cœur de la décision politique."

Une grande partie des colistiers étaient ainsi présents sur les barrages à La Réunion ou dans la rue dès le début du mouvement, le 17 novembre 2018. A l'image de leur tête de liste, Magaly Onesio, devenue une figure locale après avoir participé à de nombreuses consultations organisées avec la préfecture. "Nous ne sommes pas des professionnels de la politique, elle ne nous fait pas vivre et nous le revendiquons", précise le mouvement.

Notre projet municipal, c'est d'abord et avant tout de redonner le pouvoir au peuple.la liste Maintenant le peupleà franceinfo

A Saint-Clair-du-Rhône, rebaptisée Capitale du référendum d'initiative citoyenne, la liste nuancée "gilets jaunes" n'est pas une surprise non plus. Après avoir essuyé les refus des deux principaux candidats d'inclure le RIC parmi leur programme, plusieurs "gilets jaunes" ont décidé de monter leur propre liste citoyenne pour les municipales. "Notre tête de liste a été désignée par tirage au sort", précise aussi le mouvement.

"Nous subissons cette décision"

Mais cette nuance "gilets jaunes" ne fait pas que des heureux. "Nous subissons cette décision, nous avions souhaité être classifié 'divers' ou 'inclassable'", explique Steven Mathieu, tête de liste Vivons et décidons ensemble à Commercy (Meuse). Si de nombreux "gilets jaunes" de la première heure sont bien à l'origine de cette liste, les candidats "ne s'en revendiquent pas".

Même surprise du côté de la liste Cavaillon citoyenne lorsqu'on leur apprend que la nuance qu'il leur a été attribuée est celle des "gilets jaunes". "On est une liste citoyenne. A la base, on s'est réunis entre militants de gauche et on a été rejoint par d'autres citoyens, notamment des 'gilets jaunes'", précise Barbara Graziani, deuxième sur liste. Difficile de faire rentrer la diversité du mouvement dans une seule nuance de jaune.

Vous êtes à nouveau en ligne