Blocages des "gilets jaunes" à La Réunion : 16 personnes interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi

Des manifestants s\'opposent aux forces de l\'ordre, mercredi 21 novembre 2018, au Port à La Réunion.
Des manifestants s'opposent aux forces de l'ordre, mercredi 21 novembre 2018, au Port à La Réunion. (RICHARD BOUHET / AFP)

La nuit a été plus calme que les précédentes, mais la tension est toujours très vive sur l'île.

La situation reste très tendue sur l'île de La Réunion. Dans le cadre des violences en marge des blocages des "gilets jaunes", seize personnes ont été interpellées dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 novembre, selon la préfecture, citée par Réunion la 1ère.

La nuit a été globalement plus calme que les précédentes mais la tension est restée forte à certains endroits, comme à Saint-André et Bras-Panon dans l’Est, Le Tampon et Saint-Louis dans le Sud. Des commerces ont notamment été vandalisés. Aucun blessé n'est cette fois-ci à déplorer parmi les forces de l’ordre.

Renforts policiers

Depuis le 17 novembre, 123 personnes ont été interpellées sur l'île. Au total, 30 membres des forces de l'ordre ont été blessésCette vague de violences, attisée par des bandes de jeunes casseurs souvent désœuvrés, s'est greffée sur le mouvement des "gilets jaunes" qui ont dressé depuis samedi des barrages routiers pour protester contre la hausse des prix des carburants.

L'Unsa Police a annoncé l'arrivée prochaine en renfort de 28 policiers "profilés Brigade anticriminalité (BAC) et Compagnie départementale d'intervention (CDI)". La gendarmerie monte également "en puissance" avec l'arrivée sur place de l'escadron de Troyes et celle, prévue jeudi soir, de l'escadron de Maisons-Alfort. Ils rejoignent les quatre escadrons et demi déjà sur place.

Vous êtes à nouveau en ligne