"Arrêtez d'emmerder les Français" : dans l'Oise, Laurent Wauquiez va à la rencontre des "gilets jaunes"

Illustration. Laurent Wauquiez lors d\'un rassemblement de \"gilets jaunes\" au Puy-en-Velay le 17 novembre 2018.
Illustration. Laurent Wauquiez lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" au Puy-en-Velay le 17 novembre 2018. (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

La réponse d'Emmanuel Macron, mardi, n'a pas convaincu les "gilets jaunes". Les oppositions, comme Laurent Wauquiez l'ont bien compris, en continuant d'appuyer fortement la mobilisation. En déplacement dans l'Oise, le patron des Républicains a rencontré des manifestants.

Des "gilets jaunes" au cœur du centre de vidéosurveillance de Compiègne, dans l'Oise. L'image n'était pas prévue, mais les quelques manifestants postés sur le péage tout proche se sont invités en apprenant que Laurent Wauquiez visitait le site, mercredi 28 novembre. Le patron des Républicains, en visite deux jours dans l'Oise, a évidemment accepté de les rencontrer. "On va se mettre tous autour, allez, venez par là", leur a-t-il lancé à leur arrivée.  

Des "gilets jaunes" pas convaincus par Macron

Ces manifestants, qui sont routiers, intérimaires, ouvriers, employés de maison de retraite, se sont sentis encore plus en colère en écoutant le chef de l'État mardi 27 novembre"C'est triste parce que les gens commencent à être fatigués dans la rue, on ne s'en rend pas compte", regrette l'un d'eux. 

Le patron des Républicains assure qu'il les comprend très bien. "Limite on aurait voulu pousser les gens à bout, c'est ce qu'il fallait faire", lui confie un "gilet jaune". "Moi j'ai l'impression qu'ils nous poussent à bout", complète une autre. Mais ces manifestants attendent beaucoup plus que de la compréhension. "On n'a toujours pas de solution, se désole l'un d'eux. On peut parler, il n'y a pas de problème hein. On est des êtres humains, on est tous pareil. Par contre, tant qu'on n'aura pas de solution, on bougera pas." Alors Laurent Wauquiez leur dit qu'il est là pour porter leur voix, et ne se prive pas de fustiger l'attitude qu'il juge "déconnectée" du président de la République.

Laurent Wauquiez se pose en sauveur

Quelques kilomètres plus loin, devant 200 militants réunis à la salle polyvalente du village de Catenoy, il ressuscite Georges Pompidou pour interpeller Emmanuel Macron. "Arrêtez d'emmerder les Français", lance-t-il. Et il réitère sa proposition : "Aujourd'hui il y a une seule solution. Il faut qu'il y ait sur ces questions un référendum." 

Suspendre les hausses de taxes et demander leur avis aux Français, le discours séduit Marie-Christine. "C'est vrai que des taxes on en paie énormément, acquiesce-t-elle. L'avantage que j'ai, c'est que j'ai un métier où on peut avoir plusieurs emplois, ce qui me permet de vivre correctement. Si je me suffisais à mon poste d'aide-soignante je ne pourrais pas vivre." 

Philippe aussi est conquis. Militaire à la retraite, il avoue pourtant qu'il ne croit pas à la réussite du mouvement des "gilets jaunes". "Je n'arrive pas à croire, dans un pays démocratique, à l'expression d'une colère à travers un mouvement si peu organisé. Regardez comme le gouvernement les balade", analyse-t-il. D'ailleurs il ne croit pas non plus à l'idée du référendum, lui le "vieux gaulliste", comme il dit, n'en a pas forcément gardé un bon souvenir.

Laurent Wauquiez dans l'Oise : reportage de Simon Le Baron
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne