Les sujets du jour
"Gilets jaunes"Affaire BenallaVenezuelaGrand débat national#AlertePollutionBrexit

Amazon licencie des salariés qui ont affiché leur soutien aux blocages des "gilets jaunes"

Des "gilets jaunes" devant une plateforme logistique d'Amazon, au sud de Montélimar (Drôme), le 22 novembre 2018. (MAXPPP)

Selon les lettres de "licenciement pour faute grave" publiées par "Le Parisien", les employés du géant américain auraient fait preuve d'un "comportement en opposition totale aux valeurs de l'entreprise".

Amazon a envoyé "une dizaine de notifications" de licenciements à des salariés de plusieurs sites français, révèle Le Parisien, lundi 4 février. Motif ? Ils ont exprimé, sur les réseaux sociaux, une forme de soutien aux "gilets jaunes". "Ces personnes ont été licenciées car elles n'ont pas respecté leurs obligations contractuelles", explique un porte-parole d'Amazon au Parisien. Le syndicat CGT demande leur réintégration et estime que leur licenciement a pour objectif "d'en faire des cas exemplaires et dissuader les autres d'agir".

Licenciés pour faute grave

Le Parisien publie des extraits des lettres de "licenciement pour faute grave" adressées aux salariés par Amazon. Il y est écrit que les employés ont fait preuve d'un "comportement en opposition totale aux valeurs de l'entreprise" et tenu des propos "d'une singulière gravité", qui constituent un "manquement grave à votre obligation de loyauté". Le Parisien cite l'exemple d'un employé qui aurait donné rendez-vous à des collègues "devant la porte de son lieu de travail pour partir bloquer un entrepôt voisin, à Lesquin", dans le Nord. Un autre aurait lancé : "Il faut du renfort et des palettes, les amis !"

Fin janvier, France Bleu évoquait déjà le cas d'un salarié d'Amazon à Montélimar (Drôme), licencié pour avoir écrit sur Facebook : "Bravo à tous pour le blocage d'Amazon. Qu'est-ce que j'étais content d'être bloqué en sortant du boulot ! Franchement vous gérez, les gens, ne lâchez rien, un seul mot d'ordre, vendredi va être un Black Out Friday. Je me joins à vous quand je ne travaille pas. Bloquez tout."  Deux débrayages ont été organisés en soutien à ce salarié, sur le site de Montélimar.