Alain Finkielkraut : le principal suspect en garde à vue

FRANCE 3

L'un des hommes soupçonnés d'avoir proféré des injures antisémites à l'encontre du philosophe Alain Finkielkraut lors d'une manifestation des "gilets jaunes", samedi 16 février, à Paris, a été interpellé. Il a été placé en garde à vue mardi 19 février à Mulhouse, dans le Haut-Rhin, où il vit.

La scène, diffusée en boucle depuis samedi 16 février, a suscité l'émoi. L'académicien Alain Finkielkraut interpellé violemment et agressé verbalement par des manifestants en gilets jaunes. L'un d'entre eux se montre particulièrement virulent. Son nom : Benjamin Weller, un Alsacien de 36 ans. Connu des services de renseignement pour sa proximité avec la mouvance islamiste radicale, il ne serait pas fiché S.

Il va être transféré à Paris

Résidant à Mulhouse (Haut-Rhin), l'homme s'est rendu mardi 19 février au soir au commissariat de la ville, où il est toujours entendu. Parmi les "gilets jaunes" qu'il avait fréquentés ces dernières semaines, peu de manifestants se rappellent de lui ou d'un quelconque comportement déplacé. Visé dans le cadre d'une enquête pour injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion, Benjamin Weller devrait être transféré mercredi 20 février à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne