VIDEO. "Ce n'est pas le rôle du procureur de la République de protéger le président", dénonce Geneviève Legay

FRANCE 2

Le procureur de la République de Nice (Alpes-Maritimes) avait affirmé en mars dernier que les policiers étaient étrangers à la chute de Geneviève Legay lors d'une manifestation de "gilets jaunes". Selon "Le Monde", il aurait menti pour protéger le président de la République.

Le 23 mars dernier, Geneviève Legay est gravement blessée lors d'une charge policière. Deux jours plus tard, le procureur de la République de Nice (Alpes-Maritimes) Jean-Michel Prêtre prend la parole : "Ce dont on est sûr à l'analyse des images, j'irai presque dire pixel par pixel, c'est qu'elle n'a pas été touchée par les forces de sécurité". Puis, quatre jours plus tard, cette version a totalement changé. Le procureur parle alors d'un "contact direct entre un membre des forces de l'ordre et Madame Legay". Sommé de s'expliquer par le ministère de la Justice, Michel Prêtre a reconnu qu'il n'avait pas voulu mettre le chef de l'État dans l'embarras par des "divergences trop importantes" avec la version d'Emmanuel Macron.

Le CSM saisi par les avocats de Geneviève Legay

Au lendemain de la manifestation des "gilets jaunes", le président avait en effet affirmé que Geneviève Legay n'avait pas été en contact avec les forces de l'ordre. La septuagénaire ne cache pas sa colère : "Ce n'est pas le rôle du procureur de la République de protéger le président. Il me semble que la justice et l'État sont deux choses bien différentes". À ce stade, la chancellerie souligne que tout procureur est libre de sa communication, mais les avocats de Geneviève Legay ont saisi le Conseil supérieur de la magistrature.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne