Affaire Geneviève Legay : des questions sur l'enquête

FRANCE 3

La militante de 73 ans blessée à Nice (Alpes-Maritimes) lors d'une charge de police affirme avoir reçu un coup de matraque sur la tête.

Depuis sa chambre d'hôpital où elle est encore en convalescence à Nice (Alpes-Maritimes), Geneviève Legay est revenue sur la manifestation non autorisée du 23 mars dernier. Ce jour-là, elle est tombée au sol, victime d'une charge des forces de l'ordre. "Ils m'ont donné un coup de matraque dans la tête (...) Je pense que ce coup de matraque m'a fait tomber", témoigne-t-elle par téléphone à France Bleu Azur. À 73 ans, Geneviève Legay a été victime de multiples fractures et affirme aujourd'hui avoir "un trou dans la tête".

Un possible conflit d'intérêts ?

Deux jours après la manifestation, Emmanuel Macron l'avait invitée à "une forme de sagesse". Pour la militante "il est contre le peuple, il ne comprend rien au peuple, c'est un riche (...) son grand débat c'est du foutoir", dénonce-t-elle. Une question demeure sur un éventuel conflit d'intérêts dans l'enquête préliminaire sur les circonstances de cet incident. Elle a en effet été confiée à la compagne du policier en charge du maintien de l'ordre. Le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, assume ce choix. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne