Accident mortel près d'un barrage de "gilets jaunes" : le conducteur mis en examen pour homicide involontaire

Le rond-point de l\'archer sur la Nationale 2, à hauteur de Soissons (Aisne).
Le rond-point de l'archer sur la Nationale 2, à hauteur de Soissons (Aisne). (GOOGLE MAPS)

Le conducteur avait pris une route à contresens en voulant éviter un barrage de "gilets jaunes".

Le conducteur mis en cause dans l’accident mortel survenu vendredi 14 décembre sur la N2 à hauteur de Belleu (Aisne) a été mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires, affirme dimanche 16 décembre à franceinfo le procureur de Soissons. Des qualifications similaires à celles requises par le parquet.

Les premiers éléments de l'enquête révèlent que le conducteur de la voiture en contresens avait voulu éviter un barrage de "gilets jaunes".

Taux d'alcoolémie supérieur au taux autorisé

Le conducteur avait un taux d'alcoolémie supérieur au taux autorisé au moment des faits (0,75 mg/L d'air expiré). Il "aurait contourné un camion pour emprunter la nationale 2 [...] et aurait roulé plus d'un kilomètre" avant d'entrer en collision avec un autre véhicule, a indiqué le procureur. Il a immédiatement été placé en garde à vue. Cet habitant de Soissons est âgé de 32 ans, son casier judiciaire est vierge.

Dans l'accident, l'épouse du conducteur du véhicule en contresens, qui était passagère, a perdu la vie. Les conducteurs des deux voitures impliquées sont quant à eux légèrement blessés.

"Des cannettes de bière vides ont été retrouvées dans l’habitacle du véhicule. Par ailleurs, des prélèvements sanguins complémentaires sont en cours d’analyse pour déterminer ou exclure une éventuelle consommation de produits stupéfiants", a ajouté le procureur. "Le mis en examen a été placé sous contrôle judiciaire avec notamment l’interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur et l’obligation de remettre au greffe du tribunal son permis de conduire et son passeport", a-t-il précisé.

Vous êtes à nouveau en ligne