En Bretagne, Ayrault conditionne l'écotaxe à un consensus

(Autre)

Jean-Marc Ayrault est à Rennes ce vendredi pour signer le Pacte d'avenir pour la Bretagne. Il prévoit des aides et des prêts pour deux milliards d'euros. Invité ce vendredi matin de nos confrères de France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel, le Premier ministre est aussi revenu sur le dossier sensible de l'écotaxe à l'origine de la révolte des "Bonnets rouges". Un dispositif qui sera mis en œuvre "s'il y a un consensus", a-t-il dit.

Jean-Marc Ayrault creuse-t-il la tombe de l'écotaxe ? Au
matin de son déplacement à Rennes pour y signer le Pacte d'avenir pour la
Bretagne, le Premier ministre a accordé un entretien exclusif ce vendredi à France
Bleu Breizh Izel
et France Bleu Armorique, les deux stations bretonnes du
réseau France Bleu.

"L'écotaxe reviendra s'il y a un consensus" (Ayrault)

Interrogé sur l'épineux dossier de l'écotaxe, le chef du
gouvernement a conditionné la mise en œuvre de la taxe sur les poids lourds à l'obtention d'un
consensus. "L'écotaxe reviendra s'il y a un consensus.  C'est
pourquoi j'ai proposé que l'Assemblée nationale, qui l'avait votée à
l'unanimité, s'en saisisse pour en faire l'évaluation, trouve les
solutions
", a déclaré Jean-Marc Ayrault. "Cherchons ensemble la voie qui permettra d'investir
dans les infrastructures de transport ferroviaires et routières
", a ajouté
le Premier ministre, rappelant que l'écotaxe était "un moyen de financer
des investissements, un moyens aussi de taxer les poids lourds européens
" qui traversent la France.

L'application de l'écotaxe, votée en 2007 par la majorité précédente pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2008,
a été suspendue par le gouvernement actuel, sous la pression notamment des
entreprises bretonnes qui se disaient particulièrement touchées malgré un
rabais de 50%. Si jusqu'ici le principe d'une
taxe sur les poids lourds n'a pas été abandonné par le gouvernement, le calendrier
de la réforme du dispositif n'a en revanche pas encore été arrêté.

A LIRE AUSSI   ►►►Jean-Marc Ayrault en Bretagne pour signer le Pacte d'avenir

Le Premier ministre a également détaillé le Pacte d'avenir
pour la Bretagne qu'il signe aujourd'hui à Rennes. Le dispositif prévoit notamment une enveloppe de deux
milliards d'euros pour la région, des aides notamment destinées à l'agroalimentaire
et à l'agriculture, ainsi que des mesures d'urgences pour les salariés
licenciés. Le gouvernement voit dans ce Pacte d'avenir une réponse au mouvement
des "Bonnets rouges".

Vous êtes à nouveau en ligne