Elisabeth Borne promet que le lancement du CDG Express "ne se fera pas au détriment des transports du quotidien"

Elisabeth Borne, ministre des Transports, à Saint-Martin-la-Porte, le 1er février 2019.
Elisabeth Borne, ministre des Transports, à Saint-Martin-la-Porte, le 1er février 2019. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

La ministre des Transports a estimé mercredi sur France Bleu qu'il n'était "pas question que les travaux perturbent le RER B".

Après avoir confirmé mardi la construction du CDG Express, qui doit relier Paris à l'aéroport de Roissy en vingt minutes, la ministre des Transports Elisabeth Borne a assuré que le lancement de ce projet décrié ne se ferait pas "au détriment des transports du quotidien". "Il y a urgence, concède la ministre, mais en aucun cas une précipitation."

Elisabeth Borne estime ne pas pouvoir se satisfaire d'une desserte de l'aéroport de Roissy : "On a, indique-t-elle, 90 000 personnes qui travaillent sur la plateforme, on a chaque jour plus de 100 000 passagers. L'essentiel de la desserte se fait par la route avec des congestions qui vont croissant. Ce projet ne se fera pas au détriment des transports du quotidien."

Quel impact sur le trafic du RER B ?

Les opposants au projet ont notamment pointé du doigt l'impact des travaux sur le trafic du RER B. "Je le dis très clairement, il n'est pas question que les travaux perturbent le RER B. Le préfet de région a mené une concertation ces dernières semaines et il m'a remis son rapport avec 15 recommandations que je suivrai intégralement", a insisté Elisabeth Borne.

L'Etat va investir à un niveau "inédit" : 7,6 milliards d'euros. "Le préfet de région me remettra fin mars, début avril un rapport parce qu'il y a énormément de travaux qui sont prévus dans ce secteur, explique Elisabeth Borne. 80% ne concernent pas CDG Express et il va nous proposer les bonnes décisions pour qu'on les organise bien." "500 millions sont destinés à l'amélioration du RER B."  Le CDG Express devrait être opérationnel pour les Jeux olympiques de 2024.

SNCF Réseau nous dit que ce calendrier sera respecté. Si le calendrier est irréaliste on prendra les décisions qu'il faut.Elisabeth Borneà franceinfo

Certaines associations d'usagers craignent que l'Etat ne tienne pas ses engagements et redéploie les budgets pour financer les promesses faites aux "gilets jaunes".

"L'Etat est engagé dans des contrats de plan et il les respecte en Ile-de-France comme ailleurs. Il y a un engagement sans précédent et l'Etat tient ses engagements", a répondu Elisabeth Borne. Plus largement, face aux problèmes de financement des transports, la ministre a estimé que l'"on a une concertation qui devra se poursuivre sur la façon dont les poids lourds peuvent participer aux financements des infrastructures en France."

Vous êtes à nouveau en ligne