L'écotaxe va être remplacée par un "péage de transit poids lourds"

Un portique écotaxe a été incendié, le 5 juin 2014, à Jugon-les-Lacs, dans les Côtes-d\'Armor. 
Un portique écotaxe a été incendié, le 5 juin 2014, à Jugon-les-Lacs, dans les Côtes-d'Armor.  (MAXPPP)

Le cabinet du Premier ministre a confirmé les informations de "Ouest-France". Le nouveau dispositif doit entrer en vigueur d'ici le 1er janvier 2015.

Ségolène Royal voulait une remise à plat de l'écotaxe. C'est chose faite. Le dispositif va être remplacé par un "péage de transit poids lourds", annonce Matignon, dimanche 22 juin, confirmant une information du quotidien régional Ouest-France. Selon le journal, il devrait concerner les camions de plus de 3,5 tonnes, et un total de 4 000 km de routes contre les 15 000 prévus initialement.

Dans l'Ouest, où la fronde des "bonnets rouges" avait conduit le gouvernement à suspendre l'écotaxe à l'automne dernier, seul l'axe Saint-Lô/Nantes via Rennes sera concerné par le nouveau péage, précise le journal, qui cite des sources au ministère de l'Ecologie, et publie une carte du nouveau dispositif.

Véhicules agricoles exonérés

Selon Ouest-France, le système retient les axes de grand transit enregistrant un trafic "supérieur à 2 500 poids lourds par jour". Il épargne ainsi les trajets courts ainsi que la Bretagne à l'ouest de Rennes. "Cela correspond aux grands itinéraires traversant le pays sans péage et à des axes parallèles aux autoroutes payantes, comme la RN4 entre Paris et l'est de la France et la RN10 entre Bordeaux et Poitiers", précise une source au ministère de l'Ecologie, citée par le quotidien.

Le barème repose sur un taux moyen, modulable, de 13 centimes d'euro par kilomètre. "Les camions devront être équipés d'un GPS qui calculera le nombre de kilomètres parcourus et facturera en conséquence", indique le quotidien. Les véhicules et matériel agricoles tout comme les véhicules dédiés à la collecte du lait seront, eux, exonérés du péage. 

Trois mois de rodage technique sont prévus avant l'entrée en vigueur du nouveau dispositif, prévu le 1er janvier 2015, annonce Ouest-France.

Vous êtes à nouveau en ligne