Des députés veulent interdire l'avion sur les courts trajets en France

Un avion Air France, le 8 août 2018.
Un avion Air France, le 8 août 2018. (MAXPPP)

Ces élus ont déposé des amendements à la Loi d'orientation des mobilités. Ils entendent ainsi réduire les émissions de CO2.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Favoriser le train aux avions trop polluants. Plusieurs députés, notamment l'élu de La France insoumise François Ruffin, ont déposé plusieurs amendements à la Loi d'orientation des mobilités (LOM). L'un de ces textes propose d'interdire les vols intérieurs sur un parcours faisable en train qui durerait jusqu'à 2h30 de plus que le trajet aérien, précise Le Parisien.

"Selon l’éco-calculateur de la direction de l’aviation civile, un aller-retour Paris-Marseille en avion émet 195 kg de CO2 par passager. Ce même aller-retour effectué en TGV en émet 4,14, soit près de 50 fois moins", a expliqué François Ruffin sur son site. Le député propose aussi de taxer les billets d'avion et le kérosène. "Le maintien sous perfusion de liaisons aériennes par les exonérations fiscales et autres aides publiques est un choix politique écologiquement et socialement injuste", poursuit-il.

Dans une interview au Journal du dimanche (article payant), l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho a apporté son soutien à cet amendement. La députée des Deux-Sèvres a ajouté qu'elle souhaitait aussi bannir les publicités du transport aérien. Par le biais de cette loi, les députés défendent aussi un retour au transport ferroviaire pour compenser une "injustice territoriale" et un "déclin renforcé par la libéralisation du marché des cars longue distance". Si le texte était voté, il pourrait être appliqué dès 2021.

Vous êtes à nouveau en ligne