Tourisme : des gîtes et chambres d’hôtes très convoités

Les gîtes et chambres d’hôtes se sont progressivement imposés comme une alternative aux hôtels et aux campings et comme des lieux pratiques pour fuir les foules durant la crise sanitaire. Exemple dans la Drôme.

Coronavirus oblige, les vacances se font en France pour de nombreuses familles. L’une d’entre elles a opté pour le gîte d’André Sordet, au cœur de la Drôme provençale pour un coût total de 1 880 euros. Le logement de 80 mètres carrés est situé chez ce particulier, mais reste totalement indépendant. "On est tranquille, on ne se croise que très rapidement, la piscine étant assez grande, ici on est tranquille par rapport à un hôtel où il peut y avoir vraiment beaucoup de monde", confie l’un des vacanciers.

Moins d’étrangers, plus de Français

Des vacanciers séduits par la configuration des lieux dans ce contexte épidémique. Si la demande explose, André Sordet, propriétaire du gîte la Faventine à Grignan (Drôme), constate un changement de clientèle : "On a beaucoup moins d’étrangers, notamment de Belges qui venaient habituellement ici ; par contre on voit beaucoup plus de Français", confie-t-il. Chez lui, tout est complet jusqu’à mi-septembre. Ce sont tous les gîtes du département de la Drôme qui affichent des taux d’occupation inespérés après un printemps morose : près de 69% au mois de juillet, soit 7% de plus que l’année précédente.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne