Quelle place pour le progrès technique dans la croissance ?

FRANCE 3

La croissance, produire à tout prix, la concurrence, voilà qui interpelle l'un des plus grands économistes français, Daniel Cohen.

Daniel Cohen vient de publier "Le monde est clos et le désir infini". "Aujourd'hui, ce qui fait qu'un président sortant peut être réélu dépend, pour l'essentiel, de la question de savoir si la croissance sera au rendez-vous de cette élection", estime le directeur du département de l'économie de l'Ecole normale supérieure (ENS).
"Ce n'est pas la croissance à proprement parler, c'est le rebond", précise l'économiste. "Tous les hommes politiques sont dans cette position de quasi-spectateur", dénonce-t-il.

La peur du progrès technique

Selon lui, il faut "comprendre que la nature de la croissance est totalement différente de celle qu'on a pu connaître au XXe siècle". "Aujourd'hui, on est dans un changement de nature radical et on peine à mettre des mots sur cette nouvelle nature", reconnaît Daniel Cohen. "A ce jour, le progrès technique se présente sous une forme menaçante. La question est de savoir si le job que j'occupe aujourd'hui, demain sera numérisé", poursuit-il. "Le fait massif aujourd'hui, est dans cette contradiction de la révolution numérique qui fait rêver, mais ne se met pas au service de toute la population", regrette l'économiste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne