Tarifs d'EDF: +1,9%... mais pas pour tout le monde

(Radio France © France Info)

EDF et le gouvernement annonçaient la semaine dernière une hausse des tarifs réglementés de l'électricité de 1,9% pour les particuliers. Or la surprise des Français risque d'être énorme quand ils découvriront leur prochaine facture. Car en fonction des différentes options et services, cette moyenne recouvre différentes réalités: certains clients verront leur facture baisser tandis que d'autres la verront augmenter, voire doubler.

Pour les 25 millions de particuliers dotés d'une petite installation (3 kVa), la hausse d'électricité sera de 4,65% en moyenne. Mais les plus gourmands en électricité verront une baisse de leur facture de l'ordre de 11% quand les petits consommateurs seront confrontés à une augmentation de plus de... 100% !

Mêmes différences chez les 12 millions de foyers dotés d'une installation légèrement supérieure (6 kVa) qui devront payer 3% de plus en moyenne, sachant que la hausse sera nulle pour les gros consommateurs alors que les petits verront leur facture augmenter de 13%.

Et pour les 500.000 clients d'EDF qui ont souscrit l'option tarifaire "Tempo" (qui permet de payer un prix différent selon les jours de l'année), la facture grimpera de près de 5% "à consommation égale d'une année sur l'autre", selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Toutes ces disparités s'expliquent en premier lieu par une grille tarifaire largement complexifiée, que justifie EDF en expliquant que "les nouveaux tarifs correspondent mieux au mode de consommation des abonnés". Mais selon Les Echos, "toutes ces modifications se sont faites sans explication" . Résultat, des clients "perdus dans la jungle des tarifs".

Ensuite, "il y avait des anomalies", car toujours selon EDF "certaines catégories de clients, y compris les "Tempo", ne payaient pas au total ce que coûtait réellement la fourniture et l'acheminement de l'électricité qu'ils consommaient" .

Et le fournisseur d'électricité de minimiser les effets de cette hausse en expliquant qu'elle devait être relativement indolore : la Commission de régulation de l'énergie estime en effet que le coût pour les ménages sera de l'ordre de 0 à 20 euros par an, voire 50 euros par an. Reste que les centres d'appels d'EDF se préparent à une avalanche d'appels furieux dès réception des prochaines factures...

Anne Jocteur Monrozier