Syndicats : la CGT est-elle en déclin ?

France 2

La CGT manifestera samedi 26 mai aux côtés de la France Insoumise. Un changement de ligne puisque jusqu'ici il n'était pas question de défiler avec des politiques. Il faut dire que le syndicat tente de réagir face à l'érosion de ses troupes, car, en quatre ans, il a perdu 30 000 adhérents.

Dans les manifestations, ils composent toujours le gros du bataillon : les militants de la CGT continuent à battre le pavé, comme lors de la mobilisation des fonctionnaires cette semaine. Pourtant, depuis quelques années, ils sont de moins en moins nombreux. En quatre ans, le syndicat a perdu 30 000 adhérents. Quand la baisse s'enclenche, en 2013, Bernard Thibault cède sa place à Thierry Lepaon. À peine installé, il doit démissionner à cause du scandale lié à son train de vie. Thierry Lepaon est "blanchi" par la CGT après une enquête interne, trois mois après sa démission. Mais l'image de la centrale, qui fait alors face à des difficultés structurelles, est ternie.

Difficile d'attirer quand le rapport de force est défavorable

Plus grave pour le syndicat : la panne de recrutement est peut être liée aux récents conflits sociaux. Difficile d'attirer quand le rapport de force est défavorable, selon l'hypothèse de Rémi Bourguignon, enseignant-chercheur à la Sorbonne et spécialiste des syndicats. La CGT cherche donc à se relancer. Elle tente de réaliser la fameuse convergence des luttes, quitte à frayer avec les politiques, comme elle le fera ce samedi 26 mai en défilant avec la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Un mélange des genres ? Pas du tout, a assuré Philippe Martinez, le secrétaire général de la centrale.

Vous êtes à nouveau en ligne