Après l'erreur de Standard & Poor's, l'Europe veut sévir contre les agences de notation

Les bureaux de l\'agence de notation américaine Standard\'s & Poor\'s à New York (Etats-Unis) le 18 août 2011. 
Les bureaux de l'agence de notation américaine Standard's & Poor's à New York (Etats-Unis) le 18 août 2011.  (DON EMMERT / AFP)

La commission européenne est remontée car l'agence a annoncé par erreur jeudi 10 novembre que la France perdait son triple A.

La bourde de l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) n'a pas plu à la Commission européenne. Jeudi 10 novembre, l'agence d'évaluation financière américaine annonce que la France perd son triple A. Dans la foulée, elle corrige sa boulette. "La note de la République française est inchangée à 'AAA', assortie d'une perspective stable, et cet incident n'est pas lié à une quelconque activité de surveillance de la note", assure-t-elle.

Mais cela ne suffit pas à la Commission. Vendredi 11 novembre, elle réagit et s'apprête à durcir encore les règles de fonctionnement des agences de notation avec notamment la possibilité de poursuite civiles en justice. Pour le commissaire européen chargé des services financiers, Michel Barnier,"cet incident est grave et il montre que dans la situation extrêmement volatile et tendue des marchés actuellement, les acteurs de ces marchés doivent faire la preuve d'une rigueur et d'un sens particulier de la responsabilité".

De son côté, l'Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cet incident, à la demande de la France.

Sous surveillance

Dans le contexte actuel, la mauvaise manipulation aurait pu être prise au sérieux : depuis mi-octobre, la note de la France, la meilleure possible, a été mise sous surveillance pour les trois mois à venir par l’agence Moody's. Standard & Poor’s a également mis en garde le pays, en cas d'"aggravation" de sa dette, qui représente près de 85 % de son produit intérieur brut. Or, cette évaluation des agences joue sur les taux auxquels le pays peut emprunter.

Depuis ces avertissements des agences, le gouvernement français a présenté un plan de rigueur. Malgré tout, la France emprunte à des taux de plus en plus élevés par rapport à l'Allemagne, triple A également, sur les marchés. L'écart entre les deux pays, pour des emprunts sur 10 ans, a atteint un nouveau record historique jeudi. 

Vous êtes à nouveau en ligne