VIDEO. Soldes d'été : un "bilan mitigé" à Paris "mais ce n'est pas catastrophique", selon la CCI d'Île-de-France

FRANCEINFO/RADIOFRANCE

Patrick Martinez, directeur général délégué à la chambre de commerce et d'industrie d'Île-de-France, a fait le bilan des soldes à Paris mardi 6 août sur franceinfo. 

Alors que les soldes d'été se terminent mardi 6 août, le directeur général délégué à la chambre de commerce et d'industrie (CCI) d'Île-de-France a fait état sur franceinfo d'un "bilan mitigé" à Paris. Selon Patrick Martinez, la canicule "a joué son rôle", ce qui "plombe le moral des commerçants". Cependant, le bilan "n'est pas catastrophique" d'après lui.

franceinfo : La canicule a-t-elle joué sur les soldes d'été ?

Patrick Martinez : La météo a joué son rôle effectivement mais on sort d'une période un peu compliquée pour les commerces partout en France. Il y a eu notamment plusieurs semaines de conflits sociaux avec les 'gilets jaunes', qui ont porté sur la fréquentation le samedi. Ça crée un contexte. Quand vous avez en plus un début de solde qui s'opère en moyenne sous 35 à 40 degrés, ça procure effectivement quelques effets, dont le fait que les gens ne se déplacent pas forcément dans les magasins pour aller acheter. Ça plombe un peu le moral des commerçants. Mais ce n'est pas catastrophique, on est sur un bilan mitigé. À Paris, 54% des commerçants n'ont pas fait mieux que l'année dernière à la même période. Ceci étant dit, on est sur un cumul d'éléments : les promotions permanentes, la vente par Internet... Si vous ajoutez une période de canicule qui fait que les clients ont plus ou moins envie d'aller fans les villes pour pouvoir consommer, ça crée une difficulté supplémentaire.

C'était les derniers soldes d'une durée de six semaines. A partir de maintenant, ils ne dureront que quatre semaines. Est-ce une bonne chose ?

Les soldes sont un phénomène européen. Partout en Europe, il y a des soldes plusieurs fois dans l'année. Il y a une véritable habitude de consommation mais beaucoup de choses ont changé autour des soldes. Il y a la digitalisation du commerce, les promotions autorisées, une période trop longue... Il faut donc retrouver l'esprit festif et l'envie de consommer. Les soldes sont toujours une bonne chose pour les commerçants car cela permet le déstockage et de changer de collection mais ça doit retrouver un contexte d'ensemble qui permette aux gens d'avoir envie de consommer et de se déplacer. Il y a quinze ans, on se disait que les soldes étaient l'événement. Il y a toujours des clients fidèles aux soldes, qui n'achètent qu'à ce moment-là. On ne peut pas dire que c'est comme avant mais ça fait vraiment partie des événements économiques. Toute la question est de savoir inventer un contexte favorable pour que les soldes s'inscrivent dans une démarche de vente et de commerce tout au long de l'année.

La digitalisation est de plus en plus importante. La France est-elle prête ?

On l'a anticipée à la CCI Paris-Île de France. On met en place des programmes de digitalisation du commerce. On dit aux commerçants qu'Internet n'est pas le concurrent du commerce physique, c'est complémentaire mais il faut savoir s'adapter aux nouvelles pratiques. Le commerce par Internet ne doit pas être un sujet de difficultés mais une opportunité pour tous. Il y a du retard en France, environ 65% des TPE - PME ne sont pas digitalisées. Il y a vraiment du travail à faire en la matière.

Vous êtes à nouveau en ligne