SNCM : "Il faut trouver une solution" (Christian Garin, repreneur potentiel)

(La SNCM est en redressement judiciaire depuis novembre © Maxppp)

Alors que le tribunal de commerce de Marseille devrait réexaminer mercredi les offres déposées par les trois repreneurs potentiels de la SNCM, les administrateurs judiciaires ne montrent pas beaucoup d'optimisme. Christian Garin, l'un des repreneurs potentiels, espère qu'une solution sera trouvée.

Le tribunal de commerce de Marseille va à nouveau se pencher sur le dossier de la SNCM, et examiner, mercredi 27 mai, les nouvelles offres de reprise déposées par trois repreneurs potentiels pour la compagnie maritime placée en redressement judiciaire en novembre 2014.

Dans leur rapport, les administrateurs judiciaires estiment qu’aucune des trois offres, qui seront présentées demain, ne tiennent la route et émettent de sérieuses réserves.

Christian Garin est l’un des repreneurs potentiels. Pour lui, il ne fait aucun doute que son dossier et son financement sont viables. "Mon dossier est bouclé. Nous reprenons 900 personnes, nous exploiterons les navires français sous pavillon français premier registre. Nous apportons deux financements ", jugés trop coûteux par les administrateurs judiciaires.

Depuis de nombreuses semaines, les éventuels repreneurs sont attaqués de toute part, à tel point que l’on finit par se demander si certaines personnes ne font pas tout que la SNCM soit liquidée. "On ne voit pas très bien quel est l’intérêt qui pousse vers cette tentative de liquidation ", explique Christian Garin. "Nous nous battrons contre. "

"Il faut trouver une solution pour la SNCM", déclare Christian Garin, repreneur potentiel
--'--
--'--