Services publics : les commerçants prennent le relais

FRANCE 3

En milieu rural, la tendance veut que de plus en plus de commerçants prennent le relais des services publics. Mais ont-ils intérêt à déborder de leurs compétences ? Reportage dans l'Ain.

Acheter du pain, envoyer un recommandé, se fournir en graines ou encore investir dans une fourche... Tout est possible dans ce magasin d'une coopérative agricole de Saint-Didier-d'Aussiat, dans l'Ain. À deux pas du rayon jardinage, on trouve aussi de l'épicerie et des produits du terroir. Résultat : le responsable du magasin est tour à tour chef de rayon, postier et caissier. En cinq ans, la boutique a grossi au fur et à mesure que les commerces du village fermaient et que les services rendus au public disparaissaient. La première petite ville est à 10 km.

Des services publics à moindres frais

Autre village, autre commerce hybride. À Ceyzériat (Ain), les clients venus faire leurs courses peuvent aussi retirer de l'argent. Mais le vrai gagnant dans l'histoire, c'est la banque, qui ne dépense que 30 € par mois pour cette distribution de billets. On est bien loin des sommes déboursées à l'époque pour entretenir le distributeur. Quant à La Poste, elle paie en moyenne 30 000 euros par an à la coopérative agricole de Saint-Didier-d'Aussiat. Un service public à moindres frais, donc.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne