Semaine de quatre jours : 35 000 emplois menacés

FRANCE 2

L'emploi devrait pâtir du retour de la semaine de quatre jours dans les écoles. Plus d'un tiers des établissements ont décidé de revenir à l'ancienne formule. Jusqu'à 35 000 postes seraient menacés.

Ils étaient aux côtés d'enfants lors d'activités périscolaires. Mais à quelques jours de la rentrée, leurs emplois sont menacés. Dans moins d'une semaine, certains animateurs seront au chômage. En cause : leur commune repasse à la semaine de quatre jours à la rentrée. Plus d'activité périscolaire pour les enfants, plus d'animateurs. "Je ne sais pas si je vais retrouver un travail tout de suite. j'en veux à l'État d'avoir créé ce système-là en disant que c'était l'avenir et le couper trois ans après", estime Bertrand Bordet, animateur en centre aéré dans la commune d'Hailles dans la Somme.

Inquiétude du syndicat des animateurs

Cela faisait plusieurs années qu'il travaillait pour cette commune de 430 habitants. Comme lui, près de 35 000 emplois d'animateurs périscolaires pourraient être menacés à la rentrée. 37% des communes ont décidé de faire marche arrière et de revenir à la semaine de quatre jours dans leurs écoles. Ces licenciements en masse inquiètent le syndicat des animateurs; d'autres emplois pourraient être menacés, à la rentrée 2018, d'autres communes pourraient elles aussi passer à la semaine de quatre jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne