Violences policières : une enquête ouverte après des coups de matraque portés à une manifestante

Des policiers après des heurts lors de la manifestation contre le projet de réforme des retraites, le 9 janvier 2020, à Paris. 
Des policiers après des heurts lors de la manifestation contre le projet de réforme des retraites, le 9 janvier 2020, à Paris.  (SAMUEL BOIVIN / NURPHOTO / AFP)

Lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, jeudi 9 janvier, une manifestante a été frappée à coups de matraque par un CRS.

Une enquête pour violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique (ayant entraîné une ITT inférieure à 8 jours) a été ouverte lundi 13 janvier par le parquet de Paris après des faits présumés de violences policières. Lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Paris le 9 janvier, une manifestante a été frappée à coups de matraque par un CRS. L'enquête a été confiée à l'IGPN.

>> "Je saignais énormément, j'ai commencé à faire un malaise" : une manifestante frappée à coups de matraque à Paris témoigne

La vidéo des faits a été largement partagée sur les réseaux sociaux. On voit d'abord la victime ramasser son téléphone portable tombé à terre avant d'être frappée à plusieurs reprises par un policier à coups de matraque. Cette manifestante est conductrice sur la ligne 9 du métro parisien et élue du syndicat Unsa-RATP.

Trois enquêtes confiées à l'IGPN

Par ailleurs, le parquet de Paris a ouvert vendredi 10 janvier une enquête pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique à la suite de la diffusion d'une vidéo montrant un probable tir de LBD à bout portant contre des manifestants lors de la manifestation du 9 janvier.

Enfin, une troisième enquête pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique a été confiée, lundi 13 janvier, à l'IGPN. Elle fait suite à une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant une manifestante être interpellée violemment par un policier. Un manifestant tente de s'interposer. Il est alors frappé à coups de poing à de multiples reprises par le fonctionnaire de police.

Vous êtes à nouveau en ligne