VIDEO. Réforme des retraites : "il y a de la place pour la négociation", assure Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, était l'invitée de France 2.

Face à la grève contre la réforme des retraites, le gouvernement assure qu'il est prêt à négocier. C'est ce qu'a laissé entendre, jeudi 12 décembre, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur le plateau des 4 vérités de France 2. "Il y a de la place pour la négociation, que ce soit sur la pénibilité, que ce soit sur les modalités pour parvenir à l'équilibre", a-t-il affirmé, alors que l'âge pivot à 64 ans proposé par le gouvernement a hérissé les syndicats.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic… Suivez en direct la grève du 12 décembre et les dernières informations ici.

"Les modalités pour arriver à l'équilibre financier, c'est négociable (...) Arrêtons avec la logique du conflit", a martelé Bruno Le Maire, avant d'inviter les syndicats à se mettre autour de la table. "Nous proposons l'âge pivot à 64 ans, avec un système de bonus et de malus (...). Est-ce qu'il y a de meilleures solutions ? Peut-être, venons en discuter. Il peut y avoir de meilleures solutions, c'est (aux syndicats) de les apporter. C'est à eux de nous apporter la preuve qu'il existe de meilleures solutions", a estimé le ministre de l'Economie.

En dévoilant son projet de réforme des retraites mercredi, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le gouvernement souhaitait reculer l'âge de départ à la retraite, avec un âge pivot fixé à 64 ans à partir de 2027, afin d'équilibrer financièrement le système. Une "ligne rouge" pour les syndicats, y compris la CFDT, qui rejettent en bloc cette idée.

FRANCE 2

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Analyse. Trois questions autour de la retraite minimale à 1 000 euros

• Décryptage. ce qu'il faut savoir sur l'âge pivot fixé à 64 ans par le gouvernement et dénoncé par les syndicats

• Explication. Voici ce que vous réserve le projet du gouvernement en fonction de votre date de naissance

• Video. "Pas de trêve pour Noël", prévient la CGT cheminots

Vous êtes à nouveau en ligne