VIDEO. Contestation de la réforme des retraites : "Certains vont trop loin par rapport à ce qui est exigé dans une démocratie", juge Nicole Belloubet

FRANCE INTER

La ministre de la Justice, invitée de France Inter lundi matin, faisait référence aux événements survenus en fin de semaine dernière à Paris dont la tentative d'intrusion dans un théâtre où se trouvait Emmanuel Macron.

Alors que la contestation contre la réforme des retraites semble se radicaliser, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, invitée de France Inter lundi 20 janvier, a jugé que "certains de nos concitoyens vont trop loin par rapport à ce qui est exigé dans une démocratie". La garde des Sceaux faisait référence aux événements survenus en fin de semaine dernière à Paris. Samedi soir, la brasserie La Rotonde, prisée par Emmanuel Macron, a été la cible d'un incendie volontaire dans le quartier Montparnasse. La veille, un groupe de militants avaient tenté de pénétrer dans le théâtre des Bouffes du Nord alors que le président de la République assistait, avec sa femme Brigitte, à une représentation.

Le droit de grève est un droit constitutionnel mais quand on attaque le président de la République, quand on attaque une brasserie, si c'est lié à ce que l'on a supposé, tout cela ne me semble absolument pas acceptable. 

Nicole Belloubet

La garde des Sceaux n’a pas souhaité employer le terme de "climat insurrectionnel", contrairement aux propos de Marlène Schiappa, parce que "ces événements sont le fait d'une minorité", a analysé la ministre. Toutefois, "certains de nos concitoyens vont trop loin par rapport à ce qui est exigé dans une démocratie", a-t-elle complété, faisant ainsi référence aux récents événements survenus dans la capitale.

Parmi ces événements marquants du week-end, il y a eu l'arrestation de Taha Bouhafs. Le journaliste militant a été interpellé, puis placé en garde à vue après avoir signalé sur Twitter la présence d'Emmanuel Macron dans le théâtre des Bouffes du Nord. Son avocat, Arié Alimi, a évoqué "un dépassement inédit des atteintes à la liberté d'informer et aux droits des journalistes, à la demande de l'Elysée". Une déclaration réfutée prudemment par Nicole Belloubet : "Je ne crois pas savoir que l'Elysée soit intervenue".

La ministre de la Justice a estimé qu'avec le tweet envoyé par le journaliste militant, "un seuil avait été franchi". "Le président de la République était là pour une activité privée, a-t-elle poursuivi, et ça ne fait pas partie, me semble-t-il, des informations qui doivent être diffusées de cette manière-là."

"Je ne parlerai pas d'un État de violences policières" 

Par ailleurs, interrogée sur les récentes affaires confiées à l’IGPN à la suite de manifestations, la ministre a fait savoir qu'elle n'employait pas le terme de violences policières parce que cela caractériserait "une volonté sciemment pensée de l'Etat". "Nous ne sommes pas dans ce cadre-là. Je pense qu'il y a des faits individuels qui ne sont pas acceptables et qui doivent être sanctionnés. Cela renforce la crédibilité de nos forces de l'ordre. Mais je ne parlerai pas d'un Etat de violences policières."

Quant à savoir ce qui provoque la montée des tensions en France, Nicole Belloubet a fait cette analyse : "Nous avons essayé de promouvoir des transformations importantes, qui bouleversent les habitudes, et dans toute innovation, il y a un temps d'adaptation. Mais on ne peut pas laisser traîner les choses en longueur sinon rien ne se fait."

Vous êtes à nouveau en ligne