Ségolène Royal : En France, il "manque un horizon commun"

L'ancienne ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, est l'invitée des "4 Vérités" de France 2 mercredi 26 février.

Ségolène Royal place déjà ses pions en vue de la présidentielle de 2022. Depuis plusieurs semaines, elle multiplie les signes qui montrent qu'elle veut y aller. L'ancienne ministre déclarait au mois de février à L'Express que si elle était à la place d'Emmanuel Macron, "La France irait mieux". La Dame du Poitou a d'ailleurs d'ores et déjà fondé un mouvement : Désir de France, avenir de la planète.
Dans son nouveau livre, Résilience française, elle développe plusieurs idées pour une "société apaisée". L'ancienne ministre en est convaincue : "Il y a des façons de gouvernement qui sont des façons de rassembler". Une attaque à peine voilée contre Emmanuel Macron, qui selon elle "n'écoute pas".

"Méthode de brutalité"

Au sujet de la réforme des retraites, la position de l'ancienne ministre de l’Écologie est catégorique : "Le gouvernement n'a jamais voulu engager de dialogue". Ainsi, Ségolène Royal "comprend" la démarche d'obstruction que mène l'opposition au sein de l'hémicycle pour retarder le vote de la réforme. Elle dénonce une "méthode de brutalité" de la part de l'exécutif. "On ne mérite pas cette violence", assure-t-elle, avant de déplorer le manque d'un "horizon commun" au sein du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne