Retraites : tour de France de la mobilisation contre la réforme, le point en début de soirée

Des manifestants contre la réforme des retraites se sont rassemblés sur la place de la Révolution à Besançon jeudi 9 janvier.
Des manifestants contre la réforme des retraites se sont rassemblés sur la place de la Révolution à Besançon jeudi 9 janvier. (ANNE FAUVARQUE / FRANCE-BLEU BESANÇON)

Les manifestations de la quatrième journée de mobilisation interprofessionnelle jeudi 9 janvier contre la réforme des retraites.

Quatrième journée jeudi 9 janvier de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. Les cortèges se sont formés un peu partout en France. Le point sur la situation avec France Bleu et France 3.

>> Suivez notre direct sur la journée de mobilisation du 9 janvier

Auvergne-Rhône-Alpes

À Bourgoin-Jallieu, France Bleu Isère a comptabilisé environ 1 500 personnes. D'autres cortèges ont eu lieu à Roussillon, Vienne et à La Tour-du-Pin.

À Chambery, les manifestants s'étaient donné rendez-vous devant le Palais de justice. Ils étaient près de 6 000 Selon FO. Les saisonniers des stations étaient également mobilisés, a rapporté France Bleu Pays de Savoie en ce jeudi après-midi.

À Annecy, 1 800 personnes ont manifesté selon la police, 4 000 selon les syndicats. La manifestation a été marquée notamment par la présence des avocats, en grève depuis le début de la semaine.

À Clermont-Ferrand, entre 10 000 et 12 000 personnes ont manifesté, indique France Bleu Pays d'Auvergne.

À Saint-Etienne, la manifestation s'est terminée vers 12h30 devant l'hôtel de ville. Dans le cortège, des avocats ont défilé en robe, a constaté France Bleu Saint-Etienne Loire. Selon la police, ils étaient 4.500. 30 000 selon la CGT. Le local de campagne du candidat Gael Perdriau, le maire de la ville, a été visé par des jets de peinture pendant la manifestation. 

À Privas, près d'un millier de personnes ont manifesté, indique France Bleu Drôme Ardèche.

À Grenoble, entre 6 000 et 7 000 personnes ont défilé dans la capitale des Alpes, selon l'estimation de France Bleu Isère. Des étudiants se trouvaient en tête du cortège.

Bourgogne-Franche-Comté

À Dijon, le rendez-vous était fixé ce jeudi à 14 h sur la place de la Libération. Entre 3 000 (selon la police) et 4 000 personnes (selon les syndicats), dont des professeurs, étaient réunies selon France Bleu Bourgogne. D'après les chiffres publiés par le rectorat de Dijon, les taux de participation au mouvement de grève dans les collèges et lycées de l’académie, à 11 heures, étaient d'un peu plus de 14 % chez les enseignants contre environ 18 % au niveau national. Dans les écoles maternelles et primaires, on comptait un peu plus de 12 % d'enseignants (près de 19 % au national) grévistes.

À Besançon, au moins 3 000 personnes ont manifesté, selon France Bleu Besançon.

À Sens, dans l'Yonne, les manifestants étaient 600, indique France Bleu Auxerre.

À Belfort, 1 400 manifestants ont défilé, selon la police, rapporte France Bleu Belfort Montbéliard.

Bretagne

À Brest, ils étaient 7 000 à 8 000 personnes à manifester contre la réforme des retraites, à la mi-journée. Le port de commerce était totalement bloqué depuis 6h ce matin selon les informations de France Bleu Breizh Izel. Seul le dépôt pétrolier, situé dans la zone, fonctionnait normalement. Les camions cherchant à rejoindre la zone portuaire étaient bloqués en amont puisque les ronds-points permettant l'accès étaient occupés par plusieurs dizaines de manifestants.

À Rennes, près d’un millier de personnes ont manifesté. Ils sont partis de l'esplanade Charles-de-Gaulle. On y voyait des drapeaux de la CGT, de FO, indique France Bleu Armorique. Les avocats du Grand Ouest étaient aussi venus en nombre. Il y avait aussi des enseignants, des cheminots, du personnel pénitentiaire et des pompiers.

Centre-Val-de-Loire

À Orléans, au moins 5 000 personnes ont été comptabilisées dans les rues orléanaises, selon France Bleu Orléans. La porte-parole de la CGT fait état "de coupures de courant dans le centre-ville" et de blocage du tram

À Châteauroux, dans le Berry, près 1 500 personnes ont défilé, selon France Bleu Berry.

Corse

À Ajaccio, près de 1 000 personnes ont manifesté. Pour la première fois depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, les avocats du barreau d'Ajaccio étaient mobilisés.

Grand Est

Des rassemblements étaient également organisés à Reims, Châlons-en-Champagne, Épernay ou encore Vitry-le-François. Selon une première estimation de France Bleu Champagne-Ardenne, les manifestants étaient environ 2 000, à Reims, à la mi-journée. À Charleville-Mézières, les manifestants se sont réunis à 13 heures. Ils étaient 800 selon la police, 1 500 selon les syndicats.

À Strasbourg, des manifestants ont bloqué les lignes de tram A et D dès 6h30 du matin.

À Metz, le cortège devait partir à 14h30 de la place Mazelle, l'arrivée était prévue dans le secteur de l'Esplanade. Des perturbations de circulation sont à prévoir, a prévenu la police.

Hauts-de-France

À Amiens, les manifestants étaient entre 5 000, selon la police, et 8 à 9 000 selon les syndicats. Dans le cortège, plusieurs entreprises privées du département étaient présentes comme Dunlop, Bonduelle et Stelia. Des gaz lacrymogènes ont été tirés rue de la République, la rue de la préfecture, pour empêcher les manifestants d'avancer. Le cortège a ensuite pris la direction de la gare. Vers 16h, une partie des manifestants a envahi le hall de la gare d'Amiens. Certains ont brièvement occupé les rails. Tous ont ensuite rejoint le cortège en route vers le quartier Saint-Leu.

En Picardie, 500 personnes ont défilé à Abbeville, indique France Bleu Picardie.

Île-de-France

À Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, une trentaine d'avocats ont bloqué l'entrée du tribunal jeudi 9 janvier au matin. Le Conseil national des barreaux appelle les avocats à une "grève dure" depuis le lundi 6 janvier. Plusieurs procès ont été annulés en raison du mouvement..

À Paris, 44 000 manifestants ont été recensés dans le cortège selon le comptage du cabinet Occurence réalisé pour un collectif de médias, dont franceinfo.
La CGT revendique de son côté 370 000 manifestants dans la capitale. La police n'a pas encore annoncé son estimation de l'affluence dans le cortège parisien. 

Débutée dans le calme, la manifestation contre la réforme des retraites à Paris se termine de façon plus tendue entre certains participants et les forces de l'ordre. Vers 16h30, les forces de l'ordre ont répondu à des jets de projectiles par des charges et des tirs de gaz lacrymogène, ont constaté les journalistes sur place. Plusieurs vitrines de commerces et Abribus ont été brisés dans une rue menant à la place Saint-Augustin, point d'arrivée du cortège parti à 13h30 de la place de la République.

À Paris, un journaliste interpellé puis relâché

Un journaliste de Brut, Rémy Buisine, a notamment été interpellé vers 14h "alors qu’il s’apprêtait à couvrir la manifestation contre la réforme des retraites", indique le média en ligne. Il est ressorti du commissariat vers 16h, précise Brut sur son compte twitter, "son matériel de protection lui a été confisqué mais aucune charge n'est retenue contre lui."

Nouvelle-Aquitaine

À Bordeaux, les manifestants étaient entre 10 000 – selon la police – et 70 000 – selon l'intersyndicale, a indiqué France Bleu Gironde. Dans le cortège, parti place de la République, on comptait de nombreux cheminots, des enseignants, employés des hôpitaux, de l'énergie, ou encore des avocats. Ces derniers se sont également réunis, dans la journée, sur les marches du palais de justice. Un envahissement ponctuel des voies a également eu lieu en gare de Bordeaux Saint-Jean en fin de cortège dans l'après-midi. Quatre interpellations ont eu lieu sur l'ensemble de la manifestation.

Par ailleurs, en Gironde, les coupures d'électricité vont se multiplier dans les jours qui viennent, selon la CGT Energie en Gironde

À Tarbes, les manifestants étaient environ 5 800 à Pau et près 5 000 selon France Bleu Béarn. Des 'gilets jaunes' étaient également présent dans les cortèges.

À Bayonne, ils étaient 7 000 selon les organisations syndicales et 5 000 selon la police, a indiqué France Bleu Pays Basque.

À Mont-de-Marsan, ils étaient entre 1 900 et 2 900 à défiler dans les rues de la ville, a rapporté France Bleu Gascogne. Ils se sont retrouvés à la gare de Mont-de-Marsan après avoir convergé des quatre coins du département, de Labouheyre, de Saint-Vincent-de-Tyrosse, de Morcenx-la-Nouvelle, d'Hagetmau et d'Aire-sur-l’Adour et Gabarret. Le cortège, avec des agents SNCF en tête, a défilé jusqu'à la préfecture avant de terminer place de la mairie.

À La Rochelle, des dizaines de pompiers sont venus manifester, indique France Bleu La Rochelle. Ils réclament la revalorisation de leur prime feu.

À Guéret, 1 500 personnes ont manifesté selon la CGT, rapporte France Bleu Creuse.

Dans le Limousin, les opposants à la réforme se sont élancés depuis le dépôt de bus de la STCL, qu'ils ont bloqué le matin, rapporte France Bleu Limousin. Des dizaines d'avocats des barreaux de Limoges, Tulle et Brive, ont rejoint le rassemblement.

À Périgueux et ses alentours, des coupures de courant sauvages ont privé 34 000 foyers d'électricité pendant 35 minutes, indique France bleu Périgord.

Normandie

À Evreux, France Bleu Normandie Seine-Maritime-Eure a rapporté la présence de 4 000 manifestants, selon les syndicats, qui ont défilé sous la pluie pour dire non à la réforme des retraites.

À Rouen, la CGT a comptabilisé 30 000 manifestants, contre 7 400 selon la police. Toujours selon France Bleu, un homme a été blessé à coups de matraque dans la manifestation rouennaise. Les policiers ont chargé dans le cortège dans la rue Jeanne d'Arc.

Ailleurs dans la région, la CGT a compté 35 000 manifestants au Havre (5 300 selon la police) et 2 500 à Dieppe (1 700 selon la police)

En Seine-Maritime, plusieurs barrages ont été installés sur les routes par des manifestants à Rouen, Dieppe et au Havre, entraînant d'importants bouchons, indique France Bleu Normandie.

Occitanie

À Nîmes, le cortège s'élançait à 14h30 des Jardins de la Fontaine selon les informations de France Bleu Gard Lozère. À 15h30, le réseau de bus Tango annonçait sur Twitter la déviation des lignes T1, T2 et L2, par le Boulevard Sergent Triaire vers la station Camargue, en raison de la manifestation. Un peu plus tôt dans la journée, vers midi, un rassemblement était organisé devant le Tribunal de Grande Instance de Nîmes en présence de plusieurs organisations syndicales de la justice ainsi que des salariés de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

À Perpignan, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de la ville pour protester contre la réforme des retraites. Ils étaient environ 3 800 selon les forces de l'ordre, et plus de 10 000 selon les syndicats, a rapporté France Bleu Roussillon qui fait état de beaucoup de cheminots, d'agents de la fonction publique territoriale, de pompiers, d'enseignants mais aussi de salariés du privé dans le cortège.

À Béziers, ils étaient 10 000 à manifester contre la réforme, indique France Bleu Hérault.

À Perpignan, plusieurs délégations syndicales se sont rejointes avant le départ du cortège depuis la place Catalogne, rapporte France Bleu Roussillon.

À Toulouse, ils étaient 120.000 selon la CGT et 14.000 selon la préfecture à défiler, rapporte France Bleu OccitanieParmi eux des avocats, des enseignants, des cheminots, des retraités, des intermittents du spectacle. D'après la préfecture et Tisséo, des débordements ont éclaté un peu avant 17h, à hauteur de Jean Jaurès. Plusieurs manifestants ont été interpellés.

Ils étaient 1.300 à Montauban selon la préfecture, plus de 5.000 à Rodez.

Pays-de-la-Loire

À Laval, environ 800 personnes ont manifesté sous la pluie, a rapporté France Bleu Mayenne. En conséquence, la circulation était interrompue sur la N162 au niveau du giratoire N162 / D900 (Laval centre - Mayenne / Contournement nord de Laval).

À la Roche-sur-Yon, des manifestants ont bloqué la cité administrative et se sont mobilisés devant le commissariat, avant la manifestation de l'après-midi, indique France Bleu Loire Océan.

Provence-Alpes-Côte-d'Azur

À Nice, de nombreux Azuréens, venus d'Antibes, de Grasse, de Vallauris ou encore de Nice, ont manifesté dans le centre-ville niçois. Ils étaient 3 550 selon la police, 20 000 selon la CGT. Le cortège est parti de la place Garibaldi vers 11h, direction le quartier de Libération. Sur le chemin, des fumigènes rouges ont été utilisés place Masséna et sur l'avenue Jean Médecin. Des militants de la CGT se sont introduits dans une agence de la Société Générale de l'avenue Jean Médecin pour dénoncer les paradis fiscaux. Le rideau métallique intérieur de la banque a été endommagé. Les manifestants ont finalement été délogés dans le calme.

À Avignon, France Bleu Vaucluse a decompté 5 000 manifestants dans le cortège.

Vous êtes à nouveau en ligne