Retraites: L'Assemblée nationale va regarder si les amendements sont "recevables" assure Amélie de Montchalin

Amélie de Montchalin, secrétaire d\'État chargée des Affaires européennes, était l\'invitée de franceinfo lundi 28 octobre. 
Amélie de Montchalin, secrétaire d'État chargée des Affaires européennes, était l'invitée de franceinfo lundi 28 octobre.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Plus de 20 000 amendements ont été déposés, notamment par la France insoumise.

C'est un record sous cette législature, 22 000 amendements ont été déposés pour le débat en commission à l'Assemblée nationale sur la réforme des retraites. Amélie de Montchalin estime néanmoins que: "chacun est dans son rôle à partir du moment où il respecte les règles". La secrétaire d’État chargée des Affaires européennes précise également que "le règlement de l'Assemblée nationale va d'abord regarder si ces amendements sont recevables. Ce qui est sûr c'est que le débat démocratique va se tenir."

Après la présentation du projet en Conseil des ministres, les deux projets de loi (organique et ordinaire) seront examinés par une commission spéciale de l'Assemblée nationale à partir du 3 février avant d'être débattus en séance publique à partir du 17 février, pour une adoption finale que l'exécutif espère avant l'été.

Les opposants au projet de loi sur la réforme des retraites reprochent au gouvernement d'aller trop vite mais "le sujet ce n'est pas le temps", rétorque Amélie de Montchalin qui dénonce "une opposition totale à un projet que certains voudraient voir disparaître". Pour elle "les ordonnances sont là pour respecter le dialogue social."

Les Français attendent la réforme parce que ce système n'est pas juste.Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux Affaires européennes à franceinfo

"Il y a des injustices pour les femmes. Il y a deux fois plus d'écart entre les hommes et les femmes à la retraite que quand les hommes et les femmes travaillent", regrette la secrétaire dÉtat.

"Il y a des professions qui ont des droits à la retraite indignes. Dans notre projet de loi, il y a des choses que l'on veut accélérer, pour notre pays, pour la justice sociale, pour l'équilibre entre les générations. Il faut qu'on avance. Nous avançons dans les cadres qui sont ceux de la constitution."

"Le projet de loi permet dès 2021, dès 2022  qu'il y ait des nouveaux droits pour des personnes qui sont dans une situation qui n'est pas digne", a défendu Amélie de Montchalin.

Vous êtes à nouveau en ligne