Retraites, hôpitaux... "Attention aux effets dévastateurs que peuvent avoir ces réformes", alerte Gérard Collomb

Gérard Collomb, le 6 juin 2019.
Gérard Collomb, le 6 juin 2019. (JEFF PACHOUD / AFP)

Interrogé notamment sur franceinfo jeudi sur la réforme des retraites, l'ancien ministre de l'Intérieur d'Edouard Philippe prévient sur les effets "dévastateurs" que pourraient provoquer ces mesures.

"Attention aux effets dévastateurs que peuvent avoir ces réformes", alerte Gérard Collomb, maire de Lyon et ancien ministre de l'Intérieur d'Edouard Philippe, interrogé sur la réforme des retraites, sur franceinfo jeudi 14 novembre. "C'est un sujet qu'il faut traiter avec beaucoup de soin et de délicatesse, estime le maire de Lyon.

Cela peut provoquer la montée et l'unification d'une nouvelle colère. Sur ce problème, on voit bien sur les mesures annoncées qu'elles peuvent avoir des effets contraires.Gérard Collombà franceinfo

"Quand j'étais ministre de l'Intérieur, poursuit Gérard Collomb, j'avais écrit à monsieur Delevoye [Haut-commissaire aux retraites] en le prévenant que si l'on annonçait un certain nombre de mesures, comme augmenter le nombre de policiers, ces derniers risquaient, par crainte du nouveau régime de retraites, de partir plus tôt. Et nous aurions alors moins d'effectifs." "Faisons attention aux effets dévastateurs que peuvent avoir ces réformes", conclut le ministre. "Il faut étaler dans les temps" cette réforme des retraites et discuter "avec les organisations syndicales", selon lui.

La réforme de l'hôpital "trop lente"

Sur la réforme de l'hôpital public, "les réformes à venir sont peut-être un peu trop lentes", estime Gérard Collomb. "Sans doute n'a-t-on pas vu la profondeur du malaise qui pouvait exister dans les hôpitaux", ajoute-t-il. À Lyon, par exemple, "on va essayer de créer des maisons de santé et faire en sorte que les urgences ne soient pas totalement embolisées".

Vous êtes à nouveau en ligne