Retrait provisoire de l'âge pivot : le gouvernement "n'a absolument pas reculé sur l'âge d'équilibre à long terme", juge un économiste

Bertrand Martinot en septembre 2017. 
Bertrand Martinot en septembre 2017.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Bertrand Martinot, ancien conseiller social à l’Elysée entre 2007 et 2008, estime que le gouvernement a effectué "un recul tactique" en proposant le retrait provisoire de l'âge pivot. 

Bertrand Martinot, économiste à Siaci Saint-Honoré, ancien conseiller social à l’Elysée entre 2007 et 2008, expert du dialogue social à l’Institut Montaigne, a estimé dimanche 12 janvier sur franceinfo que le retrait provisoire de l'âge pivot de la réforme des retraites était un "recul tactique". Il constate qu'il y a "en fait deux âges d'équilibre" dans le projet de loi, et que le gouvernement "ne recule pas du tout sur l'âge d'équilibre à long terme".

franceinfo : Pour vous il s'agit d'un recul du gouvernement ou c'est plus subtil que ça ?

Bertrand Martinot : C'est assez subtil, on va dire que c'est un recul tactique. C’est-à-dire qu'en fait, quand on regarde bien le projet de loi, il y deux âges d'équilibre dans cette histoire. Il y a un âge d'équilibre en régime de croisière. C'est-à-dire qu'une fois que le régime universel sera mis en place et concernera les générations à partir de 1975, sur cet âge d'équilibre à long terme, le gouvernement ne recule pas du tout. Ce sur quoi il recule, c'est la mise en place d'un âge d'équilibre à court terme, de 2022 à 2027, pour résoudre un problème financier à court terme, avéré par le Conseil d'orientation des retraites. Et c'est là-dessus effectivement qu'il recule, mais c'est un recul lui-même partiel, parce qu'il renvoie la balle aux partenaires sociaux en leur disant : 'Si vous avez une meilleure idée, dites-le moi et je l'intégrerai dans le projet de loi'. Sur l'âge d'équilibre à long terme le gouvernement n'a absolument pas reculé.

Ce sont les syndicats qui ont la pression de trouver une alternative à l'âge pivot pour ramener l'équilibre. Est-ce qu'ils ont beaucoup de billes là-dessus ?

C'est le deuxième élément qui fait que le gouvernement n'a pas tant reculé que ça, puisque le renvoi aux partenaires sociaux est extrêmement cadré. Il leur est demandé de ne pas augmenter les cotisations, pour ne pas augmenter le coût du travail, et par ailleurs de ne pas baisser les pensions. Donc si vous enlevez ces deux paramètres il ne reste plus grand-chose. Je sais par ailleurs que les syndicats ont en tête tout un cocktail de mesures avec des recettes supplémentaires, qui passera par des hausses de taxes, des augmentations d'assiettes etc…On peut aussi mobiliser ces fameuses réserves des systèmes de retraites, mais elles ne sont faites que pour lisser les évolutions démographiques, elles sont déjà comptabilisées dans les prévisions, donc ce serait de fausses recettes. Donc ils doivent trouver 12 milliards d'ici 2027, avec pour seul paramètre le paramètre d'âge. Donc on ne voit pas techniquement comment ça peut tourner sans augmentation de la durée.

Qu'est-ce que ce fond de réserve des retraites ?

Il est chiffré à 37 milliards d'euros, rapporté à une dépense annuelle des retraites de 320 milliards d'euros, avec ça vous payez un mois de pension. Donc ce fonds, mis en place par le gouvernement Lionel Jospin pour lisser les évolutions démographiques, n'est pas du tout à la mesure du problème. On parle d'une trentaine de milliards d'euros d'actifs, mais l'endettement des administrations publiques françaises est de 2 600 milliards d'euros, donc parler de "cagnotte" dans ce cas-là est absolument inconvenant.

Vous êtes à nouveau en ligne